NoCopy.net

On pose la question de savoir si l'homme est par nature moralement bon ou mauvais.

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La moralité consiste à réaliser des fins impe ... Comme dans les démocraties le peuple paraît à ... >>
Partager

On pose la question de savoir si l'homme est par nature moralement bon ou mauvais.

Anthologie

Aperçu du corrigé : On pose la question de savoir si l'homme est par nature moralement bon ou mauvais.



Document transmis par : ???


Publié le : 3/11/2013 -Format: Document en format HTML protégé

On pose la question de savoir si l'homme est par nature moralement bon ou mauvais.
Zoom
  • savoir : a) Comme nom, ensemble de connaissances acquises par l'apprentissage ou l'expérience. b) Comme verbe, avoir appris quelque chose, et pouvoir le dire, le connaître, le répéter.
  • dernier homme : Homme médiocre. Ultime produit de l'esclavage engendré par la civilisation.
  • nature : 1° L'inné par opposition à l'acquis (nature opposée à culture, ou chez les anthropologues anglo-saxons nature opposée à nurture); 2° Essence, ensemble des propriétés qui caractérisent un objet ou un être (la nature de l'homme par exemple); 3° L'ensemble des phénomènes matériels, liés entre eux par des lois scientifiques. En ce sens, le naturel peut s'opposer au surnaturel qui désigne une intervention transcendante de la divinité; 4° Spinoza distingue la nature naturante, c'est-à-dire la substance infinie et la nature naturée, les divers modes par lesquels s'exprime cette substance. Le mot nature est ambigu. Le naturalisme du xviiie siècle par exemple est contradictoire. D'une part son épistémologie réduit la nature à un mécanisme (des faits soumis à des lois nécessaires) indifférent aux valeurs humaines. D'autre part, sa morale prétend se fonder sur la nature, c'est-à-dire sur des tendances spontanées, supposées bonnes; la nature devient alors la Mère-Nature, une sorte de providence bienveillante.
  • mauvais : 1) Opposé à bon. 2) Mauvaise conscience: état de celui qui doute de la légitimité de ses actes ou éprouve du remords.

   On pose la question de savoir si l'homme est par nature moralement bon ou mauvais. Il n'est ni l'un ni l'autre, car l'homme par nature n'est pas du tout un être moral ; il ne devient un être moral que lorsque sa raison s'élève jusqu'aux concepts du devoir et de la loi. On peut cependant dire qu'il contient en lui-même à l'origine des impulsions menant à tous les vices, car il possède des penchants et des instincts qui le poussent d'un côté, bien que la raison le pousse du côté opposé. Il ne peut donc devenir moralement bon que par la vertu, c'est-à-dire en exerçant une contrainte sur lui-même, bien qu'il puisse être innocent s'il est sans passion.
La plupart des vices naissent de ce que l'état de culture fait violence à la nature et cependant notre destination en tant qu'homme est de sortir du pur état de nature où nous ne sommes que des animaux.
KANT
QUESTIONS :
1° Dégagez l'idée principale du texte et les étapes de son argumentation.
2° Expliquez ce que signifie :
a)« L'homme par nature n'est pas du tout un être moral » ;
b)« Il possède des penchants et des instincts qui le poussent d'un côté bien que la raison le pousse du côté opposé » ;
c)« L'état de culture fait violence à la nature » ;
d)« Innocent » dans le contexte.
3° Être moral, est-ce contrarier ou suivre sa nature ?



Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Corrigé : On pose la question de savoir si l'homme est par nature moralement bon ou mauvais. Corrigé de 244 mots (soit 1 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "On pose la question de savoir si l'homme est par nature moralement bon ou mauvais." a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

L'oeuvre littéraire est ouverte, polysémique, susceptible de multiples interprétations. Il est intéressant sur ce point de constater que l'oeuvre la plus populaire de Sartre est Huis clos qui n'est en rien une oeuvre engagée. Sur l'opposition entre propagande et littérature, l'anecdote qui suit est éclairante. La pièce d'Ionesco, Rhinocéros, devait être jouée en URSS. Mais on demanda à Ionesco quelques modifications pour que le public comprenne bien qu'il s'agissait du fascisme.

Ajouté par PROF

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Ce que j'appelle enfin moralement bon, moralement mauvais, ne sera fondé que sur la distinction la plus arbitraire, et sans réalité. Augustin Barruel, les Helviennes, ou Lettres provinciales philosophiques

Ajouté par webmaster

On peut sans doute forcer la nature pendant un certain temps, changer même son rythme. Le peut-on toujours? Le résultat final est encore inconnu : pour emprunter une expression de Paul Valéry, il y a là «une grande aventure». Le problème que pose cette aventure, c'est de savoir si l'homme peut se désolidariser de la nature., André SIEGFRIED, l'âme des peuples, VII, 1, p. 163.

Ajouté par webmaster

Par exemple : en morale. Déjà l'idée de nature en art a provoqué les élucubrations les plus croquignoles - mais que la question se pose, on peut l'admettre., J.-L. BORY, Ma moitié d'orange, p. 68 (1973).

Ajouté par webmaster

Si (...) on pose la question de savoir si la grande et la petite culture continueront à coexister, ou si l'une est destinée à éliminer l'autre, la prévision paraît facile. Toute l'évolution agricole nous montre (...) une réduction progressive des superficies exploitées (...) Mais d'autre part (...) en même temps que la superficie de chaque exploitation se restreint, nous voyons une quantité croissante de capital et de travail s'y accumuler (...) Quant à savoir si ces exploitations agricoles, petites en surface, grandes en rendement, resteront sous le régime de la propriété individuelle ou passeront sous un régime plus ou moins associationniste ou collectiviste, ceci est une question qui relève de la répartition et ne touche plus à la production (...), Charles GIDE, Cours d'économie politique, I, p. 316.

Ajouté par webmaster

La question qui se pose alors est de savoir comment peut être organisée dans de bonnes conditions cette collaboration de la recherche scientifique proprement dite avec la recherche dans le domaine industriel ou technique., L. DE BROGLIE, Physique et Microphysique, p. 343.

Ajouté par webmaster

Si l'homme n'était posé que sur une jambe (...) son assiette serait beaucoup moins solide (...), BERNARDIN DE SAINT-PIERRE, Études de la nature, 10.

Ajouté par webmaster

Il n'est plus question en réalité de ce ministère moralement anéanti, mais de la vie même de la monarchie. François René, vicomte de Chateaubriand, Polémique

Ajouté par webmaster

.2 Comme son étymologie l'indique, l'expression dramatique est une pédagogie de l'action. Considérant l'homme à la fois comme sujet et objet de sa propre recherche, elle répond aux deux pôles les plus importants de son existence : l'expression de soi et la communication avec autrui. En ce sens, elle pose le vécu comme valeur primordiale de la condition humaine. Pédagogie vivante et mouvante, elle occupe, à l'école, une place spécifique en remplaçant le savoir et le savoir faire par le savoir être. Ainsi, l'élève «s'y apprend» et fait, avec les autres, l'apprentissage de la vie., Gisèle BARRET, Réflexions... (1979).

Ajouté par webmaster

- Vous ne voyez donc pas que je ne puis plus supporter cette vie, cette pensée qui me ronge, et cette question que je me pose sans cesse, cette question qui me torture chaque fois que je les regarde. J'en deviens fou., MAUPASSANT, l'Inutile Beauté, IV.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



On pose la question de savoir si l'homme est par nature moralement bon ou mauvais.

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo