Retour à l'index du dictionnaire de philosophie

Epictète
Epicure

ECHANGE
EDUCATION
EGALITE
EGO
EMPIRISME
EN SOI
ENTELECHIE
ENTENDEMENT
EPISTEMOLOGIE
EPOCHE
EQUITE
ERISTIQUE
ERREUR
ESCHATOLOGIE
ESSENCE
ESTHETIQUE
ETAT
ETHIQUE
ETHNOCENTRISME
ETHNOGRAPHIE
ETHNOLOGIE
EUDEMONISME
EVIDENCE
EXISTENCE
EXPERIENCE
EXPERIMENTATION
EXTASE

 

Échangisme Ce mot n'a plus aujourd'hui qu'une connotation sexuelle; l'échangisme désignant une pratique fondée sur le libre consentement de deux ou phi-

Éclectisme Du grec eklektikos, (apte à choisir». D'une manière générale, l'éclectisme consiste à choisir, parmi les différents systèmes philosophiques, les principes qui semblent les meilleurs. C'est avec Antiochus d'Ascalon (Ier siècle  av. J.-C.) que l'éclectisme se constitue en tant que doctrine. Cicéron sera le plus célèbre disciple d'Antiochus, et Simplicius (Vie siècle ap. J.-C.) le dernier représentant de l'éclectisme antique.

École de Francfort Groupe de sociologues allemands d'inspiration marxiste qui, à partir des années 1930, se livre à une critique de la société technocratique moderne. On compte parmi ses membres Theodor Adorno, Walter Benjamin, Herbert Marcuse, Max Horckheimer, Jürgen Habermas.

École des Annales École fondée en 1929 autour de la revue Annales d'Histoire économique et sociale, animée par Marc Bloch et Lucien Febvre. Tournant le dos à l'histoire positiviste de la fin du XIXe siècle, l'École des Annales, encore appelée «nouvelle histoire», privilégie la longue durée, celle des sociétés et des civilisations.

Écologie Du grec oikos, «maison», et logos, «discours». Discipline ayant pour objet les rapports des êtres vivants avec leur habitat ou avec leur milieu physique.

Écologie Le terme, créé vers 1870, désigne d'abord l'étude du milieu où vivent les êtres vivants. A partir des  années 1960, il se répand en prenant le sens actuel de protection de l'environnement». Le souci de l'écologie est donc très récent.

Économétrie Recherche économique qui fait appel à l'analyse mathématique et à l'étude statistique.

Économie Aristote fait la différence entre l'économie qui concerne les biens nécessaires et celle qui ne concerne que  l'argent. La première est utile, la seconde, qui consiste à faire fructifier l'argent acquis, est nuisible.

Écosystème Tous les organismes sont impliqués dans un ensemble de rapports écologiques. L'écosystème est l'unité écologique constituée par le milieu il vivant où les organismes se développent.

Édit de Nantes Édit accordant la liberté de conscience et de culte aux protestants. Il fut signé par Henri IV en 1598 pour mettre fin aux conflits religieux. Louis XIV le révoque en 1685. La religion réformée est alors interdite dans le royaume. Les protestants sont contraints par la force de se convertir. La pratique du culte entraînait les peines les plus lourdes: galère à vie pour les hommes, prison à vie pour les femmes.

Edmond Goblot Philosophe et logicien français (1858­1935). Sa réflexion porte sur la capacité des mathématiques à engendrer de nouveaux raisonnements.

Efficacité William James, philosophe et psychologue américain (1842-1910), dans son livre Le Pragmatisme, a commis ce mot, devenu célèbre: «Le vrai, c'est ce qui sert.» Associé aux idées de Machiavel, qui défend l'idée qu'en politique, seuls comptent les résultats, le critère d'efficacité peut vite faire oublier la dimension morale de toute action.

Église (Du grec ekklesia; «assemblée») Groupe religieux organisé et institutionnalisé, comprenant la communauté des croyants et un corps sacerdotal.

Égocentrisme Tendance du sujet à tout ramener à soi, à n'éprouver d'intérêt pour les autres qu'autant qu'ils servent son  propre intérêt, sans que cette attitude implique réflexion et calcul Sce qui serait alors de l'égoïsme).

Égocentrisme Volonté de faire tout graviter autour du seul intérêt du sujet individuel. «Je» est le centre du monde.

Égoïsme Ce mot a été créé par les moralistes  de Port-Royal au XVIIe siècle. Il désigne la disposition d'un être à poursuivre des intérêts et des plaisirs personnels.

Ek-sistence Néologisme formé par Martin Heidegger pour signifier que l'homme est capable de sortir de soi, de se situer» {stare) «hors de» (ex).

Émancipation La théorie de Habermas vise l'émancipation des individus, c'est-à-dire leur libération par rapport à toute forme de domination, qu'elle soit politique, technique, économique, etc. Que les «nécessités économiques» déterminent le mode de vie des hommes, plutôt que l'inverse, voilà qui, effectivement, peut apparaître comme scandaleux.

Embaumement Momification, conservation artificielle des morts.

Emile Voltaire a dit de l’Émile que c'était un roman d'éducation. Ce en quoi il se trompait. Rousseau a certes choisi de donner un prénom à son «héros», lequel incarne l’être éduqué selon la nature. Toutefois, Emile ne désigne pas un personnage, mais la nature humaine.

Émotion Émergence soudaine et passagère d'un état affectif intense en réaction à un événement. L'émotion se distingue de la passion par sa durée ­elle ne dure pas et s'épuise rapidement - et par sa profondeur - elle est plus superficielle.

Empédocle Philosophe grec (y. 490 - y. 435 av. J.-C.) né à Agrigente, en Sicile. La légende veut qu'il se soit suicidé en se jetant dans l'Etna.

Empirique Qui relève de l'expérience, par opposition à théorique. Synonyme d’expérimental.

Empirique Qui relève de l'expérience.

Empirique Qui se rapporte aux données de l'expérience, aux faits.

Empiriquement Au moyen de l'expérience.

Empiriste Philosophe qui estime que la connaissance humaine dérive tout entière de l’expérience sensible.

Empiristes Penseurs qui considèrent que l'unique source de la connaissance est l'expérience. Locke a donné à cette conception son armature logique. C'est Hume qui en fait un système accompli.

Encyclopédie Bien qu'elle s'inspire largement de travaux antérieurs (l'Encyclopédie de Chambers et divers dictionnaires parus depuis le milieu du XVIIe siècle), l’Encyclopédie de Diderot innove par l'esprit «philosophique» qui l'anime de bout en bout. C'est la raison pour laquelle on y a vu d'abord une «machine de guerre» lancée contre l'Église et les autorités de l'Ancien Régime.

Encyclopédie Diderot, à propos de ce mot, écrit: «Encyclopédie. Ce mot signifie enchaînement de connaissances; il est composé de la préposition grecque en, «en» et des substantifs kuklos, «cercle», et paideia, «connaissance.»

Encyclopédistes Parmi les plus célèbres rédacteurs du Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, il faut citer Rousseau, Voltaire, Condorcet, d’Alembert.

Énoncé Proposition effectivement formulée. On distingue parfois l'énonciation, manière dont ou contexte dans lequel) la proposition est formulée par  le sujet (sur le mode, par exemple, de l'injonction, de la prière, etc. (, de la proposition proprement dite, qui est juste un constat de fait.

Entendre Dans la langue classique qu’utilise Voltaire, entendre signifie «comprendre». L'entendement, c’est la faculté de comprendre.

Entendre Doit être pris ici dans le sens de comprendre.

Entité Du latin entitas, de ens, entis, participe présent de esse «être». En philosophie, ce terme désigne ce qui constitue l'essence d'un être.

Environnementalisme Doctrine selon laquelle nos conduites sont déterminées par des facteurs externes. Ceux-ci peuvent être physiques, chimiques, biologiques, mais également sociaux ou culturels.

Éphémère Le mot «éphémère» désigne principalement les insectes qui ne vivent qu'un jour. Par extension, il désigne tout ce qui dure peu.

Épicuriens Partisans de la doctrine d'Épicure. Être épicurien, ce n'est pas rechercher les plaisirs des sens, savourer l'instant présent, comme le dit aujourd'hui le langage courant. L'épicurisme prône certes les plaisirs sensibles, mais ceux de l'ascétisme; il faut savoir renoncer aux plaisirs artificiels et, ainsi, se libérer de la souffrance.

Épiphénoménisme Du grec epi, «sur» et phainomenon «ce qui apparaît». Théorie selon laquelle la conscience est un épiphénomène, c'est-à-dire un simple effet secondaire du fonctionnement cérébral.

Épistémologie Discipline qui prend la science pour objet d'étude.

Épistémologue Philosophe attaché à l'étude de la science en tant que celle-ci se présente comme tentative d'élucidation du réel

Épochè Chez Husserl, mise entre parenthèses du monde objectif, c'est-à-dire suspension de toute adhésion naïve et de tout jugement d'ordre scientifique concernant le réel.

Équivoque Du latin aequivocus, «à double sens», caractère des termes qui peuvent s'entendre en deux ou plusieurs sens différents.

Ernst Bloch Philosophe allemand d'origine juive (1885-1977). D'inspiration marxiste, proche de l’école de Francfort, il s'installa après la guerre en Allemagne de l’Est et enseigna à Leipzig. Mais il se heurta vite aux autorités communistes

Éros et Thanatos Éros est le dieu grec de l'amour, sous sa forme sexuelle. Thanatos signifie «la mort». L'opposition Éros/Thanatos exprime, d'un point de vue social, ce que Kant appelle «l'insociable sociabilité» de l'homme, lequel est à la fois porté à aimer et respecter son prochain, et peut en même temps désirer le dominer, l'exploiter, voire même le détruire.

Érotisation Attitude par laquelle on recherche de manière variée l'excitation sexuelle. Elle peut se transformer en névrose obsessionnelle.

Érotomane Névrosé victime d'érotomanie, c'est-à-dire d'une obsession caractérisée par des préoccupations d'ordre sexuel (Le Petit Robert).

Eschatologique Se dit des doctrines selon lesquelles l'humanité , l'histoire ont une fin. Le christianisme , ainsi que de nombreuses religions, sont des doctrines eschatologiques.

Eschenmayer Adam Karl August Eschenmayer est né à Neuenburg en 1768. Son activité principale était la médecine jusqu'à ce qu'il soit nommé professeur de médecine et de philosophie à Tübingen en 1811. Son œuvre principale est La Philosophie dans son passage à la non-philosophie. Il est mort en 1852.

Espace absolu Selon Newton, espace qui contient tous les autres.

Espace Dans le sens courant, milieu à trois dimensions où se situent les corps et leurs mouvements. En philosophie, ce terme a différents sens, tels que: propriété de la matière (Antiquité), étendue géométrique (Descartes), ordre des coexistences des corps (Leibniz), condition a priori de la sensibilité (Kant), etc.

Esprit de finesse Désigne la faculté, propre au «cœur» ou à l'intuition, d’apercevoir les principes premiers auxquels le raisonnement ne peut conduire (la nature du temps, de l’espace, du mouvement, du nombre, etc.).

Esprit géométrique, ou esprit de géométrie Désigne la faculté, propre à la raison, de mener des démonstrations rigoureuses à partir des principes. C’est cet esprit qui préside à la construction des raisonnements mathématiques.

Étant Dans la terminologie heideggérienne, les étants désignent les choses, les existants les hommes. Etants et existants se distinguent d'une réalité plus fondamentale, mais voilée, appelée Être.

Étant Désigne, chez Heidegger, l'être concret, c'est-à-dire l'être qui existe.

État «Il faut concevoir l'État contemporain comme une communauté humaine qui, dans les limites d'un territoire déterminé - la notion de territoire  étant une de ces caractéristiques ­revendique avec succès pour son propre compte le monopole de la violence physique légitime.» Max Weber, Le Savant et le politique.

État de droit Etat dont le fondement est le droit, et non la violence. Le droit est, en ce cas, une reconnaissance, par l’ensemble de la nation, de certains principes qui n'ont pas à être contestés.

Etat de nature Désigne un état hypothétique de l’homme avant toute organisation sociale.

État de nature Hypothèse philosophique selon laquelle on se représente l'homme avant son entrée en société. C'est une hypothèse féconde pour juger de notre état présent.

État de nature Selon Hobbes, l'état de nature n'est pas un état de paix mais un état de guerre perpétuelle de tous contre tous. C'est une des grandes originalités de ce penseur que de considérer que l'égalité entre les hommes est une égalité face à la violence: je suis également apte à tuer qu'à être tué. Voilà pourquoi Hobbes dit que «l'homme est un loup pour l’homme».

État positif Selon Auguste Comte, l'histoire de l'humanité peut se diviser en trois périodes: l'état théologique, où dominent les croyances religieuses, l'état métaphysique, où dominent les explications philosophiques, et l'état positif, qui correspond à l'avènement de la science moderne.

État Un territoire, un peuple et l'autorité souveraine qui en émane (gouvernement et administration).

Éternité La notion d'éternité peut revêtir deux sens. Dans un premier sens, est éternel ce qui n'a ni commencement ni fin dans le temps. Dieu, la matière seraient éternels en ce qu'ils ont toujours existé et existeront toujours. Dans un deuxième sens, l'éternité désigne un «milieu», difficilement concevable pour nous, qui échapperait au temps. Pour un être éternel, ce que nous percevons comme durée, succession d'instants, passé, présent et futur serait une simultanéité absolue, un présent permanent.

Éther Chez les Anciens, fluide très subtil que l'on supposait régner au-dessus de l'atmosphère (Petit Robert).

Éthologie Science du comportement animal.

Ethos Mot grec, signifiant «mœurs», qui a donné «éthique».

Étienne de La Béotie Ami proverbial de Montaigne, La Boétie (1530-1563( était poète et philosophe. Il est l'auteur du Discours de la servitude volontaire. Montaigne consacre le chapitre XXVIII du premier livre des Essais à l'amitié qu'il portait à La Boétie, et qu'il explique par ces mots: «Parce que c'était lui; parce que c'était moi.» Montaigne distingue les amitiés communes, dans lesquelles nous avançons masqués, de l'amitié profonde, dans laquelle nous nous livrons entièrement.

Étonnement

Étonnement L’étonnement vient du latin extonare, «frappé par la foudre, frappé de stupeur». II peut être provoqué par un fait inhabituel, mais il peut aussi avoir pour origine une nouvelle manière d'appréhender tel ou tel phénomène.

Être Notion centrale de la philosophie, l'Être est un concept vague, ambigu et difficile à définir. Pour certains, ce n'est qu'une abstraction logique, désignant «ce qui est». Pour d'autres, il désigne la réalité en soi, immuable, éternelle et parfaite, la vérité ultime, I' essence du monde, Dieu.

Être Pour Heidegger, l'Être n'est «rien d’étant». De la même façon qu'il ne faut pas confondre le Beau et ce qui est beau, il ne faut pas confondre l'Être et ce qui est (l'étant).

Eucaryotes Cellules ayant un vrai noyau formé de plusieurs chromosomes, à la différence des protocaryotes, qui sont des cellules plus simples, dépourvues d'un vrai noyau.

eugénisme Application rationnelle des lois de la génétique en vue d'obtenir chez l'homme de bonnes conditions de reproduction. La France a pris en la matière des dispositions spécifiques. L'art. 16-4 de la loi du 29 juillet 1994 prévoit que nul ne peut porter atteinte à l'intégrité de l'espèce humaine. Toute pratique eugénique visant à l'organisation de la sélection des personnes est interdite.

eugénisme Du grec eu, «bien», et gennân, «engendrer». Volonté d'améliorer la «qualité» de la race humaine. A cette fin, Platon pensait soumettre les mariages à un contrôle étatique. Les nazis ont pensé, quant à eux, qu'en éliminant

eugénisme Du grec eugenes «bien né». Terme inventé, en 1883, par Francis Galton, cousin de Darwin. «L'eugénisme, (...) est historiquement lié à la théorie darwinienne. Aussitôt après la publication de L'Origine des espaces, de Darwin 18591, a fleuri l'idée que, puisqu'elle était soumise aux lois de l'évolution biologique, il fallait veiller au devenir de l'espèce humaine; l'orienter dans les voies du progrès, en s'inspirant des méthodes utilisées par les éleveurs de bétail» (Serge Pichot, L'eugénisme).

eugénisme Ensemble de pratiques qui ont pour but d'améliorer une espèce. Concernant l'homme, bien sûr, de graves problèmes éthiques se posent. L'établissement de critères de sélection des embryons, ou des maladies que la société ne peut pas tolérer, peut conduire aux plus folles dérives.

eugénisme Ensemble des pratiques et des techniques destinées à améliorer une race.

Euthanasie Théorie selon laquelle il est légitime de supprimer des sujets tarés ou de précipiter la mort de malades incurables.

 Évanescent Qui disparaît par degrés, qui s'efface peu à peu. Qui ne dure pas.

Évhémérisme Doctrine d'Evhémère, philosophe grec du IIIe siècle av. J.-C., selon laquelle les dieux de la mythologie étaient des personnages humains divinisés après leur mort.

Évolutionnisme Doctrine selon laquelle les êtres vivants dérivent les uns des autres par filiation, en suivant une longue évolution (Darwin). Cette conception s'oppose donc à celle de la Bible, pour laquelle Dieu a créé les espèces une fois pour toutes.

Ex nihilo Expression latine qui signifie littéralement: «à partir de rien».

Exégèse Interprétation d'un texte qui se veut la plus rigoureuse possible.

Expansionnisme Tendance qui pousse une entité nationale ou économique à s'étendre sans cesse, à vouloir conquérir de nouveaux territoires.

Expérience En philosophie, l'expérience est une connaissance acquise par le contact direct, par l'action directe d'un sujet sur un objet. Il s'agit donc de données concrètes et sensibles, à partir desquelles il est possible de construire  une connaissance du monde. Cependant, si, pour la tradition empiriste, l'expérience est le fondement de toutes nos connaissances, pour les rationalistes, elle est peu fiable, voire mensongère, car donnée par les sens.