Retour à l'index du dictionnaire de philosophieAgnosticisme (gr. agnôstos, ce qu'on ne peut connaître)

Position philosophique qui affirme que le fond des choses est inconnaissable.

Gén. Doctrine selon laquelle il est impossible de connaître ce que sont les choses en elles-mêmes, par-delà leur apparence sensible, et pour laquelle toute métaphysique est futile.
Théol. Plus particulièrement, se dit agnostique celui qui ne croit pas en Dieu . Alors que l'athée nie fermement l'existence de Dieu et de toute réalité surnaturelle, l'agnostique refuse même de se poser la question de son existence dans la mesure où, même si Dieu existait, on ne pourrait le connaître. En affirmant que l'Absolu est inaccessible à l'esprit humain, il s'oppose en définitive au gnostique et au dogmatique.
Doctrine selon laquelle ce qui dépasse les apparences sensibles est inconnaissable. L'agnostique ne dit pas que Dieu n'existe pas; il l'ignore.


Agnosticisme. n. m. Doctrine philosophique selon laquelle l'esprit humain ne peut connaître que ce qui est à la portée des sens et de la raison. Le reste — les problèmes métaphysiques, la question de Dieu, l'immortalité de l'âme — échappe donc à la pure intelligence de l'homme, et doit être considéré comme « inconnaissable », que cela soit ou ne soit pas. C'est donc à tort que le mot agnosticisme est parfois employé comme synonyme d'incroyance ou d'athéisme. L'agnostique est celui qui refuse de se prononcer sur ces questions, voilà tout. Voir Athéisme, déisme, Métaphysique, Scepticisme.


AGNOSTIQUE. adj. et n. Qui manifeste de l'agnosticisme. Notons qu'on peut trouver ce mot dans le sens d'incroyant, d'athée, même s'il s'agit d'une extension abusive de sa signification.


Agnosticisme. En grec, agnostos signifie « inconnu », « inconnaissable ». Le fait d'être agnostique revient à écarter les spéculations métaphysiques et plus particulièrement religieuses. En matière d'option spirituelle concernant l'existence ou non d'un principe transcendant que l'on appelle le plus souvent Dieu, on a fréquemment tendance à tout limiter à une alternative : la foi ou l'athéisme. La foi désigne la croyance en un principe surnaturel à l'origine du monde, croyance qui s'exprime à travers une religion. L'athéisme est au contraire une position de refus radical en ce qui concerne la question de l'existence de Dieu. Pourtant, il y a une troisième attitude intellectuelle qui se refuse à prendre parti pour l'un ou l'autre des choix précédents et ceci, au nom de la limitation nécessaire de notre pouvoir de connaître.
La raison étant incapable d'apporter une solution empirique ou logique aux problèmes excédant l'expérience possible, elle se reconnaît tout simplement incompétente pour y émettre un jugement qui validerait ou invaliderait l'existence d'un Dieu ou d'un quelconque principe transcendant. L'agnostique s'interdit donc de croire en ce qui déborde le champ de son savoir et se contente de ce à quoi sa raison lui permet d'accéder légitimement.

accueil Recherchez sur le site Aide contact