Retour à l'index du dictionnaire de philosophieALIENATION (lat. alienus, étranger; de alius, autre). Dr. Transmission de sa propriété ou de ses droits à un autre. Psy. Fait de devenir étranger à soi-même et aux autres.
Phi. Chez Hegel, différer de soi-même pour mieux se ressaisir et se connaître. Ainsi, l'artiste donne à ses pensées une forme sensible en les matérialisant dans son oeuvre. Or, la contemplation de l'oeuvre achevée lui permet, en retour, de découvrir le fond de sa propre pensée. Si donc il se reconnaît dans le produit de son travail, c'est que l'aliénation est en réalité un mode de la réflexion : pour se regarder soi-même, il faut ne pas toujours être en soi. Cette scission est positive : elle révèle la capacité de l'esprit à se saisir dans ce qui est autre que lui-même.
Soc. pol. Selon Marx, étrangeté à soi-même liée à une situation socio-économique d'exploitation. Ainsi l'ouvrier est aliéné car il ne se reconnaît pas dans le produit de son travail, dont il est dépossédé (capital), travail par ailleurs mortifère, éclaté. Simple dépense d'énergie sur une machine, le travail se réduit à l'exécution d'un geste dont l'ouvrier ignore l'utilité finale, activité mécanique devenant de plus en plus abstraite.

Pour Marx, état de l'homme qui est dépossédé du résultat de son travail.
Pour Marx, processus par lequel les hommes, asservis à un travail qui leur est imposé de l'extérieur, se retrouvent coupés de leur liberté et d'eux-mêmes.
Le travailleur est aliéné lorsqu'il est dépossédé de ce qui le constitue au profit d'un autre qui l'asservit.
Processus par lequel un individu se trouve dépossédé de lui-même et asservi à quelque chose ou à quelqu'un.
État d'un individu qui, soumis à certaines contraintes extérieures sociales, économiques, professionnelles), en devient esclave. Il n'a plus conscience de sa véritable identité et perd toute faculté de se déterminer librement. Si, pour Rousseau, par exemple, l'homme aliène sa liberté naturelle en échange de la liberté civile, pour Marx, l'exploitation économique sépare le travailleur de son travail pour le transformer en simple instrument de la production.
Ce qui empêche L'homme de se réaliser pleinement, ce qui le rend étranger à lui-même et qui le rend esclave des choses qu'il a lui-même produites ou conçues. Pour Hegel, l'aliénation est le malheur de la conscience», qui est dépossédée, séparée de son essence.


Aliénation. n. f Folie. Asservissement. Dépossession (de soi). La signification de ce mot part du double sens du latin alienus : «qui appartient à un autre, qui est autre; qui est éloigné, étranger, hostile ». Le concept d'aliénation comprend donc toujours une idée de dépossession, d'appartenance à autrui, d'étrangeté (fût-ce vis-à-vis de soi-même), d'éloignement hostile. D'où la série de sens suivants :
1° Sens médical. Folie, aliénation mentale. État d'une personne dont l'esprit est égaré, devenu étranger à lui-même, et comme possédé par un autre esprit. La personne aliénée est étrangère à son environnement.
2° Sens juridique. Cession d'un bien ou d'un droit à une autre personne, cette dépossession se faisant à titre gratuit ou onéreux. Par extension, perte, abandon involontaire de ce dont on bénéficiait. S'aliéner quelqu'un : perdre sa confiance, le rendre hostile. Cet acteur s'est aliéné la sympathie de la foule.
3° Sens marxiste. Dans son travail, l'ouvrier est dépossédé de son activité créatrice au profit du système de production ; il « s'aliène » dans les choses qu'il produit, ne s'appartient plus, devient étranger à sa propre vie. De même, dans sa croyance religieuse, selon Marx, le peuple adhère à une idée de Dieu que la classe dominante (la bourgeoisie, le clergé) lui a mise dans la tête pour mieux le soumettre ici-bas, en le faisant rêver d'un paradis futur («La religion est l'opium du peuple»): il est - aliéné » par l'idéologie , la vision du monde qu'on lui a inculquée.
4° Sens sociologique général. Dans le sillage de Marx (lui-même inspiré de Hegel), le terme d'aliénation a été repris par de nombreux auteurs. Il est devenu synonyme d'asservissement économique, politique, religieux, médiatique, ce qui est sans doute une généralisation abusive. Il faut garder au mot son sens d'origine, appliqué à la conscience individuelle ou collective : il y a aliénation chaque fois que le sujet, conditionné par des idées venues d'ailleurs, croit penser personnellement alors que c'est « l'autre » qui pense en lui. De ce point de vue, on a pu établir plusieurs étapes dans le processus d'asservissement d'un peuple ou d'une classe sociale : la domination, acte brutal d'un pouvoir qui s'impose par la force; l'exploitation, système économique d'organisation de la servitude (l'individu a besoin d'obéir pour survivre); l'aliénation proprement dite, système d'assujettissement idéologique (l'individu se soumet). librement » en croyant agir dans son propre intérêt).

Aliénation. En un sens non philosophique, ce terme signifie dépossession d'un bien ou d'un droit ; maladie mentale qui entraîne pour l'individu la dépossession de sa personne et de ses biens ; asservissement de l'homme par ses œuvres, par le pouvoir, par les progrès de la technique, par l'idéologie ... Chez Hegel, l'aliénation, c'est le progrès dialectique universel par lequel, suivant sa propre logique interne et nécessaire, la chose devient étrangère à elle-même sans cesser d'être elle-même. C'est donc le procès par lequel une chose passe à son contraire qui la nie tout en la développant. Ainsi, par exemple, le gland disparaît dans le chêne, qui n'est pourtant rien d'autre que le gland développé, et on pourrait dire que le gland est réfuté par le chêne ou qu'il « s'aliène » en lui. Mais le mouvement dialectique ne s'arrête pas là : le contraire est à son tour nié (négation de la négation). Ainsi, par exemple, le chêne produit le gland nouveau (désaliénation). L'aliénation est donc un procès qui se supprime lui-même. Chez Marx, le terme d'aliénation, employé pour la première fois dans Les Manuscrits de 1844, désigne le processus par lequel l'ouvrier, dans le système capitaliste, est coupé, séparé de sa propre activité. L'ouvrier est dépossédé de sa force de travail, marchandise qu'il vend jour après jour au capitaliste ; des moyens de production qui sont la propriété du capitaliste et qui, dans la grande industrie, deviennent une puissance hostile (la machine ne délivre pas l'ouvrier du travail mais dépouille le travail de son intérêt et supprime des emplois) ; de son produit sur lequel il n'a aucun droit de propriété ; des aspects volontaires et intellectuels du travail qui s'opposent à lui comme le pouvoir qui le domine (la science devient « une force productive indépendante du travail » qui combat les intérêts de l'ouvrier puisqu'elle contribue à la fabrication des machines qui le dépossèdent); de son travail lui-même où il n'a plus aucune initiative ; de sa vie hors du travail qu'il consacre à la reproduction de sa force de travail.

Voir Asservissement, Culture, Idéologie, Marxisme.


Aliénation. D'un point de vue psychiatrique, l'aliénation mentale est le fait d'avoir perdu la raison. Étymologiquement, le mot vient du latin alienus qui signifie « étranger », « autre », et il renvoie parfois à l'idée de vente ou de cession dans son acception juridique. Le trait commun aux différents usages modernes tient à la notion d'étrangeté. Un aliéné devient étranger à lui-même faute de pouvoir se contrôler, mais aussi étranger aux autres qui ne le reconnaissent pas et enfin, étranger à la société dans laquelle il ne peut s'insérer normalement. Le droit utilise aussi ce mot pour qualifier l'abandon d'un bien ou d'une faculté à un tiers.
C'est dans l'oeuvre de Hegel, puis dans la pensée de Marx, que l'idée d'aliénation prend une dimension philosophique déterminante. Pour Hegel, l'aliénation désigne l'état de la conscience projetée dans ce qui n'est pas elle, avant de se reconnaître telle qu'elle est dans un processus de réconciliation. Chez Marx, qui fut un grand lecteur de Hegel, le terme renvoie au mécanisme économique et social à travers lequel l'homme devient étranger à lui-même et au produit de son travail. Privé de la valeur de son labeur dans un système capitaliste conduisant à sa paupérisation et à son exploitation, le travailleur ne peut plus se retrouver dans ce qu'il produit et devient à son tour une sorte de marchandise. Ce mécanisme a pour effet pervers de le couper de sa propre humanité, en réduisant ses conditions d'existence à la simple satisfaction précaire de besoins biologiques. Selon Marx, d'autres phénomènes sociaux, comme la religion, concourent à l'asservissement physique et moral. Mais, pour lui, cette dernière n'est encore qu'une des manifestations de l'organisation capitaliste et bourgeoise des rapports sociaux de production.

Aliénation

Dans le vocabulaire juridique, l'aliénation signifie la vente ou la cession d'un bien ou d'un droit à un tiers. Le mot a également un sens particulier en psychologie : il désigne alors l'état d'un individu qui, en raison de troubles mentaux sévères, ne s'appartient plus : il est alors étranger (alienus en latin) à lui-même. En philosophie, l'aliénation signifie le processus par lequel un individu est dépossédé de ce qui semble devoir lui revenir naturellement : d'une liberté dite naturelle dans le cas de l'esclavage, mais des fruits de son travail selon la critique du travail salarié par Marx. Dans la philosophie de Hegel, l'aliénation n'a pas seulement un tel sens négatif : l'esprit se rend certes étranger à lui-même (aliénation) en s'objectivant dans une œuvre par exemple, mais cette extériorisation est aussi un accomplissement positif.