«La poésie est plus philosophique et d'un caractère plus élevé que l'histoire ; car la poésie raconte plutôt le général, l'histoire le particulier. » Aristote, Poétique (ive siècle av. J.-C.).


L'histoire désigne à la fois les faits eux-mêmes et le récit, la description, des faits. Mais ces deux sens du mot histoire sont indissociables puisque l'on ne peut appréhender les faits historiques qu'à travers un discours tenu sur eux. Toute histoire dépend de la philosophie de l'histoire que l'on adopte pour la comprendre.
Pour Aristote, l'histoire est peu philosophique car il voit en elle un simple recueil de faits particuliers. Presque une simple chronologie qui présente une succession d'actions singulières, sans penser les liens qui les unissent. Le fait qu'Aristote considère le discours historique comme non philosophique indique qu'il considère l'histoire comme simplement contingente (il s'est passé telle chose, mais il aurait aussi bien pu se passer le contraire). Il n'y a donc pas pour lui de science de la mise en ordre des faits. La poésie est pour lui, plus philosophique et plus rationnelle, parce qu'elle permet de s'élever au-dessus du particulier, et de parler de la nature humaine en général.