Retour à l'index du dictionnaire de philosophieCAPITALISME Gén. Système économique caractérisé par le salariat et par la propriété privée des moyens de production.
Phi. Le capitalisme est historiquement lié au libéralisme économique qui pose le principe de la libre concurrence comme seul moyen de réaliser à  la fois l'harmonie des intérêts particuliers et l'équilibre dynamique de l'économie (loi de l'offre et de la demande). Le marxisme en est le pendant critique puisqu'il dénonce les contradictions internes d'un système de libre-concurrence qui engendre crise économique et baisse tendancielle du taux de profit.

CAPITALISME. n. m. Système économique et social fondé sur le «capital », c'est-à-dire sur la propriété privée des moyens de production, et sur l'accumulation des richesses obtenues par la mise en oeuvre de ces moyens.
Le capitalisme se caractérise par le libéralisme économique (n'importe qui peut investir, créer son entreprise), l'initiative privée (du petit entrepreneur jusqu'à la stratégie des grands groupes), la recherche du profit (distribué aux actionnaires privés ou réinvesti dans l'entreprise), et la libre concurrence.
Les théoriciens favorables au capitalisme estiment qu'il est le seul système favorisant le développement économique ; son efficacité provient de la concurrence qui le stimule, qui l'oblige à rationaliser la production, à rechercher sans cesse une plus grande productivité. Même si le capitalisme est mû par des intérêts privés, son dynamisme doit rejaillir sur la prospérité générale, et ses fruits être finalement partagés par la collectivité.
Les détracteurs du capitalisme opposent à cet idéal un certain nombre d'objections. La concurrence peut aboutir à l'absorption des petites entreprises par les grandes ; les monopoles de fait qui en résultent, contredisant la notion de libéralisme, font disparaître la concurrence et ses vertus stimulantes ; les grands groupes peuvent alors être paralysés par des dérives bureaucratiques, ou inversement, acquérir mondialement une puissance nocive aux États ou aux citoyens.
Pour les marxistes, le capitalisme est un système pervers en lui-même puisque les détenteurs du « Capital » s'enrichissent au détriment des travailleurs (qui vendent leur force de travail sans participer à la prospérité de l'entreprise). La logique du profit à court terme conduit ce système à ignorer l'intérêt général, à exploiter la main-d'oeuvre et à transformer la société en un simple marché où le citoyen est voué à la seule consommation. Le capitalisme aboutirait ainsi à la double déshumanisation d'un citoyen exploité comme travailleur et aliéné comme consommateur. À cette critique s'ajoute, à la fin du XXe siècle, l'argument du chômage, engendré par un système qui, en principe, devait assurer l'emploi du plus grand nombre. Il est même reproché à l'économie capitaliste d'utiliser cyniquement la pression du chômage pour sous-payer ceux qui ont la « chance » de bénéficier d'un emploi.
À tout ceci, les partisans du capitalisme répondent que les autres systèmes économiques (notamment le communisme ) ont échoué. Le débat reste donc ouvert.

Capitalisme

Mode économique et social de production de biens et de richesses caractérisé par la volonté de privilégier le profit des propriétaires des moyens de production (la bourgeoisie selon Marx, les actionnaires des sociétés par actions, l'État dans le capitalisme d'État de l'ex-Union soviétique) au détriment d'une distribution équitable de celui-ci. Marx a défini le capitalisme du XIXe siècle par l'exploitation du travail salarié : la bourgeoisie propriétaire des moyens de production dépossédant les travailleurs du fruit de leur travail.