Retour à l'index du dictionnaire de philosophieCAUSE (lat. causa, cause, raison, motif)


Gén. Ce qui produit un effet.
Théorie des quatre causes. Aristote distingue différents types de causes. Si l'on considère, par ex., une maison, les matériaux qui la composent sont sa cause matérielle. L'activité des artisans qui s'est dispensée dans la construction constitue bien une autre cause qu'Aristote appelle cause efficiente, mais ni la Cause matérielle (de la pierre on peut faire une colonne aussi bien qu'autre chose) ni la cause efficiente n'expliquent ce qu'est cette maison particulière. Cette construction doit ce qu'elle est à l'opération de l'architecte qui constitue sa cause formelle. Or, la cause formelle porte avec elle le but visé, ou cause finale : réaliser tel domicile. La cause finale permet donc d'expliquer ce qu'est une chose, ce qui fait qu'elle est ce qu'elle est, autrement dit sa nature.
Epist. En science, on dit d'un événement A antécédent à un événement B qu'il en est la cause lorsqu'on pose que l'existence de A entraîne nécessairement celle de B.

Cause efficiente On appelle ainsi ce qui produit réellement un effet. La vertu serait cause efficiente du bonheur si elle était capable par sa seule existence de rendre l'homme heureux.

Cause
Ce qui produit un effet, la relation entre la cause et l'effet faisant l'objet d'une controverse (voir : causalité). Aristote proposa dans sa Physique de distinguer quatre causes : la cause matérielle (l'objet d'une transformation, comme le marbre dont on fera une statue), la cause efficiente (l'agent de transformation, comme l'action du sculpteur), la cause finale (le but visé, comme fabriquer une statue) et la cause formelle (comme l'idée qui préside à la transformation du marbre en statue de telle ou telle forme). La science moderne se caractérise par l'éviction des causes finales.