Retour à l'index du dictionnaire de philosophieCIVILISATION (lat. civitas, la cité)

Gén. Ensemble des caractéristiques (religieuses, morales, esthétiques, techniques...) d'une société donnée. Opposée à  la barbarie, la civilisation est un état jugé supérieur moralement. L'homme s'humanise (devient plus homme) quand ses pulsions se disciplinent et se règlent en fonction d'interdits sociaux.
Ethno. On peut distinguer la civilisation comme situation matérielle d'une société (civilisation de l'âge de pierre ou du charbon) et la culture qui est comme son âme, son esprit (civilisation chinoise ou grecque). En ce sens, la supériorité matérielle d'une civilisation n'implique pas sa supériorité morale. Le progrès technique peut s'accompagner d'actes de barbarie (camps de concentration). On peut donc radicalement séparer l'idée de civilisation de celle de progrès.

Certaines époques semblent être plus riches que d'autres en termes de découvertes scientifiques, de productions artistiques, de rayonnement culturel et économique, comme si l'essor de la civilisation obéissait à des cycles. La Grèce du Ve siècle av. J.-C., l'Italie de la Renaissance, la France du XVIIIe siècle sont, parmi d'autres, des exemples de ces moments historiques exceptionnels où la civilisation paraît atteindre son apogée.

Ce terme, selon Lucien Febvre, n'est apparu dans la langue française que vers la moitié du XVIIIe siècle. S'y rattachent nécessairement les notions de progrès et d'évolution.

CIVILISATION. n. f 1° Fait de civiliser ou de se civiliser, c'est-à-dire d'accéder à un degré d'évolution supérieur. Les peuples européens ont cru ou fait semblant de croire qu'ils apportaient la civilisation aux peuplades qu'ils colonisaient.
2° Ensemble des caractères sociaux, culturels, techniques, des sociétés humaines supposées les plus avancées (par opposition aux sociétés - primitives » ou aux peuples « barbares »). Ce second sens repose sur l'idée de progrès ininterrompu de l'humanité , dont les diverses sociétés seraient considérées comme inégalement « civilisées », et pouvant être classées selon leur «degré de civilisation». À l'encontre de cette idée , qui tient l'Europe et sa civilisation pour les plus évoluées, Valéry n'eut pas de peine à s'écrier, après les hécatombes et la barbarie de la Première Guerre mondiale : «Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles ».
3° (sans jugement de valeur) Ensemble des caractères sociaux, culturels, religieux, techniques définissant une société ou un groupe de sociétés données, durant une époque donnée. Comme le second sens du mot culture, cette définition, qui en est proche, se veut neutre et objective : elle ne hiérarchise pas les civilisations; elle les considère, quelles qu'elles soient, comme des productions historiques également valables du génie humain. La civilisation aztèque. La civilisation égyptienne. Les civilisations primitives, etc.
n. f Sociabilité. Caractère d'une personne respectueuse des bienséances, extrêmement courtoise, polie, raffinée. Lors d'un accident automobile, il est préférable de se conduire avec civilité. Au pluriel : faire des civilités, présenter ses civilités, faire des compliments, présenter ses hommages, abonder en salutations.


Malaise dans la civilisation Oeuvre fondamentale de Sigmund Freud, achevée en 1929. Ce livre traite de la culture face à la perturbation qu'engendre la pulsion d'agression. Les thèses de Freud auront une influence profonde sur la pensée contemporaine.