Retour à l'index du dictionnaire de philosophieCOMMUNISME. n. m. Doctrine économique et sociale fondée sur la collectivisation des moyens de production, sur la répartition des biens produits dans un esprit d'égalité sociale («À chacun selon ses besoins »), sur la suppression progressive des pouvoirs hiérarchiques, dans le but de parvenir enfin à une «société sans classes ». Tel est, schématiquement résumé, l'idéal marxiste du communisme.
Dans la réalité, on appelle aussi communisme les systèmes effectivement mis en place (en Chine, en URSS, dans les pays de l'Est, à Cuba) pour parvenir au communisme idéal . Les événements des années 1990-1992 ont signé la faillite du communisme.
Noter que le « communisme », au sens de mise en commun de tous les biens, est un projet ou une utopie déjà présents chez Platon, Thomas More ou Campanella (lequel, dans son utopie La Cité du soleil, en 1623, prévoit même le communisme des femmes, —mises à la disposition de la cité pour mieux organiser la fécondité!).

Communisme
Au sens général, doctrine ou régime politique rejetant la propriété privée et prônant la mise en commun des biens, et parfois des personnes. Il y a par exemple à ce titre un « communisme » dans la République de Platon. En un sens précis, doctrine développée par Karl Marx en alternative critique au capitalisme (voir : capitalisme) et prônant la libération des classes exploitées par une appropriation révolutionnaire des moyens de production et la mise en place d'un État « socialiste prolétarien » par le moyen d'une dictature du prolétariat. À la différence du socialisme, réformateur, conservant une distinction sociale et recherchant un système d'équité, le communisme, révolutionnaire, désireux de supprimer toute différence de classes sociales, affirme le principe d'une égalité en principe absolue. Un tel primat de l'égalité ne peut être affirmé qu'aux dépens de la liberté individuelle, valeur libérale qui est rejetée. Pour les libéraux, le communisme comporte donc dans son projet même un caractère totalitaire qui est apparu au grand jour dans les pays qui ont tenté de mettre en place ce régime et dont aucun n'a échappé au totalitarisme. Un certain nombre de partis politiques se réclamant du communisme ont cependant tenté à la fin du XXe siècle de dissocier le communisme de la logique totalitaire en participant au régime polique de la démocratie libérale et en y assimilant le communisme à une critique sociale non révolutionnaire et faisant disparaître de leur programme la dictature du prolétariat.