Conséquentialisme

Mode de raisonnement moral consistant à évaluer la valeur d'un acte par ses conséquences. La procédure conséquentialiste de décision morale consiste à nous placer dans une situation telle que nous puissions comparer au moins deux lignes d'action possibles selon leurs résultats, et à choisir celle qui entraînera le meilleur résultat, idéalement d'un point de vue impersonnel. En ce sens, le conséquentialisme relève de ce que Max Weber appelle l'éthique de la responsabilité, opposée à l'éthique de la conviction. Un exemple canonique est souvent évoqué, celui de l'exemple attribué à Kant par Benjamin Constant afin de stigmatiser sa position anticonséquentialiste à l'égard du mensonge : pour échapper à des assassins, une personne innocente se réfugie chez moi ; dois-je mentir aux assassins qui me demandent si cette personne est bien chez moi ? Agir conformément à une règle, comme celle de ne pas mentir, définira une éthique déontologique. À l'inverse, agir conformément à l'évaluation des conséquences de mon action définira une éthique conséquentialiste. On notera toutefois que ces deux éthiques fondent leur réflexion sur des plans différents. La déontologie s'attache à des valeurs qui ne peuvent être ni graduées ni mesurées (le respect des personne, l'impératif de ne pas mentir, par exemple), mais semble tourner le dos aux conséquences de la décision morale, ce qui entraîne une difficulté pour cette option. Le conséquentialisme s'attache de son côté à des valeurs qui semblent pouvoir être graduées (le plaisir, la satisfaction des préférences, le bien-être), quoiqu'elles ne soient pas forcément mesurables, ce qui entraîne une difficulté certaine pour cette option en théorie morale.