Retour à l'index des Conseils méthodologiquesLES DIFFÉRENTES MANIERES POSSIBLES DE TRAITER LE SUJET-TEXTE


Les instructions officielles, on le voit, n’imposent pas de règles précises pour traiter le sujet-texte. Aussi, même si chacun a sa préférence, les professeurs de philosophie s’accordent en général à reconnaître qu’il existe plusieurs manières légitimes de traiter le sujet-texte. Ce sont les suivantes.

• L'explication de texte

C’est l’explication de texte classique qui consiste à commenter le texte pour mieux en dégager la signification, sans porter sur lui de jugement de valeur, c’est-à-dire sans discuter les thèses et l’argumentation du texte.

C’est précisément en cela que réside la faiblesse de cette manière de traiter le sujet, puisqu’elle empêche le candidat de manifester sa capacité de réflexion philosophique, c'est-à-dire critique - ce qui est avant tout ce qu’on attend de lui !

• La dissertation sur le problème central du texte

Cette méthode rapproche beaucoup le sujet-texte du sujet-question : c’est la thèse centrale du texte qui doit fournir le problème à traiter. Cette méthode suppose donc comme les autres d’avoir à la fois parfaitement bien dégagé la thèse centrale et l’articulation des idées du texte, qu’il faudra nécessairement exposer dans l’introduction. Celle-ci pourra alors se décomposer comme suit :

1. idée centrale du texte ;

2. procédés d’argumentation (ordre des idées) ;

3. difficultés et position du problème à traiter.

Ce problème devra bien sûr toujours être traité en constante référence au texte : en aucun cas le texte (ni à plus forte raison l’un de ses éléments) ne doit devenir un simple prétexte à des digressions personnelles sans rapport avec lui.

C’est précisément là qu’est le danger de cette manière de traiter le sujet, puisqu’elle entraîne le risque d’oublier le texte, et de se placer du même coup hors sujet.

• L'explication critique

Elle discute le texte et prend position sur les thèses de l’auteur. Une telle étude peut se conduire de deux manières différentes.

> On peut discuter le texte au fur et à mesure de l’explication, et sans oublier d’en dégager l’organisation (l’ordre des idées).

Le danger de cette méthode consiste en ce qu’elle peut introduire une certaine confusion entre les propos de l’auteur et ceux du candidat.

> On explique le texte dans une première partie, que l’on fait suivre d’une partie critique en veillant à ce que ces deux parties s’articulent bien entre elles, afin de conserver une unité à la dissertation qui ne doit pas se composer de deux études indépendantes simplement juxtaposées.

C’est cette méthode que nous conseillons de suivre : elle est en effet la plus commode, dans la mesure où elle permet de :

- bien distinguer ce qui relève du texte lui-même : ordre des idées, explication, explicitation, etc., par où le candidat montre qu'il a bien compris le texte ;

- formuler les jugements critiques sur le texte et leurs prolongements philosophiques (discussion des thèses exposées dans le texte, confrontation avec d’autres thèses, etc.), jugements dont le candidat est seul responsable et qui témoignent de sa capacité à engager et à construire une réflexion philosophique personnelle.