Retour à l'index des Conseils méthodologiquesREDIGER UNE INTRODUCTION D'UNE EXPLICATION DE TEXTE

Maintenant que vous avez compris le texte, sa thèse centrale et par conséquent son enjeu philosophique, vous pouvez rédiger l’introduction.

Pour ce faire, le mieux est de formuler de manière claire et précise la question à laquelle le texte va apporter une réponse. Cette question constitue une excellente introduction, brève et pertinente.

• Ce qu'il faut absolument éviter

► Exposer la vie de l'auteur du texte : c’est sans intérêt philosophique.

►  Parler des thèses majeures de sa pensée : on attend une réflexion qui prenne appui sur l'étude d‘un texte précis.

Exemple d'introduction pour le sujet-texte :

"Dans la glorification du « travail ». dans les infatigables discours sur la « bénédiction du travail », je vois la même arrière-pensée que dans les louanges adressées aux actes impersonnels et utiles à tous : à savoir la peur de tout ce qui est individuel. Au fond, on sent aujourd'hui, à la vue du travail - on vise toujours sous ce nom le dur labeur du matin au soir - qu'un tel travail constitue la meilleure des polices, qu'il tient chacun en bride et s'entend à entraver puissamment le développement de la raison, des désirs, du goût de l'indépendance. Car il consume une extraordinaire quantité de force nerveuse et la soustrait à la réflexion, à la méditation, à la rêverie, aux soucis, à l’amour et à la haine, il présente constamment à la vue un but mesquin et assure des satisfactions faciles et régulières. Ainsi une société où Ton travaille dur en permanence aura davantage de sécurité : et Ion adore aujourd'hui la sécurité comme la divinité suprême..."

Nietzsche, Aurores III, § 173 (Poitiers, série B, 1983).

Introduction pour ce texte de Nietzsche:


Nous entendons communément dire qu’il est bon, qu’il faut travailler, que l'oisiveté est mère de tous les vices, etc. Cette apologie du travail, son élévation au rang de valeur essentielle ne va pourtant pas de soi. L’on pourrait aussi bien faire l’apologie de l'oisiveté, comme le firent du reste souvent les philosophes antiques en privilégiant l'otium plutôt que le travail. Quelle est donc la raison de cette moderne glorification du travail? Voilà la question à laquelle répond Nietzsche en s’appliquant à dégager ses motifs inavoués.

Remarque

Si vous ne parvenez pas à rédiger une introduction satisfaisante, commencez d'emblée par l’étude du texte : l’essentiel est en effet de le comprendre et de montrer qu’on l’a compris.