Pour approfondir:

  1. XXX


Philosophe français (1925-1995. En collaboration avec le psychanalyste Félix Guattari, il a écrit plusieurs livres qui ont eu un certain retentissement dans les années 70. Pour ces deux auteurs, le désir a un aspect révolutionnaire.

Gilles Deleuze est l'inventeur d'un style de pensée radicale
ment nouveau, truffé de références culturelles et artistiques.
Il est un des rares à considérer la peinture ou le cinéma comme
une incitation à la réflexion, un moyen privilégié pour
connaître l'être et la pensée, et non comme un
domaine
où il est seulement possible de vérifier des théories.

VIE

Condisciple de Michel Butor et de Michel Tournier,
contemporain de Michel Foucault et de Jacques Lacan, Gilles
Deleuze fut toujours attentif aux problèmes d'une époque qui,
en 1968, voulait libérer le désir et interdire d'interdire.

Un parcours classique
Né à Paris en 1925, Gilles Deleuze fait ses études au lycée Carnot, puis s'inscrit en philosophie à la Sorbonne. Reçu à l'agrégation en 1948, il enseigne la philosophie dans les lycées d'Amiens et d'Orléans, puis à Louis-le-Grand à Paris. Sa carrière universitaire commence en 1957: il est d'abord maître-assistant à la Sorbonne, puis chercheur au CNRS, puis chargé d'enseignement à la Faculté de Lyon. Il se consacre essentiellement à des travaux d'histoire de la philosophie.

Un style de pensée radicalement nouveau
En 1969, il rencontre le psychanalyste Félix Guattari, avec lequel il rédigera cinq ouvrages. Il succède à Michel Foucault à l'Université de Paris VIII-Vincennes, où il enseignera jusqu'en 1987. Nombre de ses étudiants se souviennent de son cours à la faculté «populaire», où se bousculaient peintres, cinéastes, musiciens et jeunes en révolte. Le 4 novembre 1995, souffrant de graves troubles respiratoires, il met fin à ses jours en se jetant par la fenêtre de son appartement parisien.

OEUVRES

Ce qui caractérise l'oeuvre de Gilles Deleuze, c'est son attention à la différence. Même quand il se fait historien de la philosophie, il cherche à produire des concepts nouveaux parce
que l'invention de concepts est la tâche de la philosophie.


Différence et répétition (1968)
Il s'agit de la thèse de Gilles Deleuze qui, dans une optique nietzschéenne, réaffirme que le sujet, tel qu'il est pris pour centre par tous les idéalismes, est une illusion. Ce qui apparaît, si l'on adopte un point de vue non égocentrique, c'est un champ anonyme, dépourvu de sujets personnels, où règne une irréductible multiplicité. L'homme est tout sauf une personne. Il faut briser le «Je», dissoudre le «moi» pour laisser parler en nous, hommes «sans nom, sans famille, sans qualités, sans moi ni Je», les différences multiples dont nous sommes tissés.

La Logique du sens (1969)
Dans cet ouvrage, Deleuze pose les problèmes du langage, de l'expression et de la signification et fait remarquer que le tort de certaines théories philosophiques est de réduire autrui, tantôt à un objet particulier, tantôt à un autre sujet. Or, autrui n'est ni un sujet (autre que moi) ni un objet (pour moi): c'est l'irruption dans mon champ d'immanence d'un monde possible. L'autre, par sa simple présence, me fait entrevoir des expériences nouvelles, me transporte dans les lieux qu'il habite.

L'Anti-OEdipe (1972)
Livre-phare de l'après-mai 1968, l'ouvrage, écrit en collaboration avec l'ex-psychanalyste Félix Guattari, insiste sur l'aspect productif du désir. Il ne faut pas restreindre la signification du désir au conflit «papa-maman-bébé». L'inconscient n'est pas un théâtre, mais une usine, une machine, dont la seule fonction est de produire.

Qu'est-ce que la Philosophie ? 119911
Pour Deleuze et Guattari, la philosophie est invention de concepts, et c'est ce qui la différencie notamment de la science et de la logique, qui opèrent par fonctions, et de l'art, qui opère par percepts et affects. «Le concept, c'est ce qui empêche la pensée d'être une simple opinion, un avis, une discussion, un bavardage.

EPOQUE

La contestation de l'idéalisme
Comme Michel Foucault, Gilles Deleuze lutte contre la pensée hégélienne, à laquelle il reproche de dissoudre les différences. A la dialectique, il oppose la volonté créatrice, volonté de créer des formes et des valeurs authentiquement nouvelles. «La recherche de nouveaux moyens d'expression philosophique (...) doit être poursuivie en rapport avec le renouvellement de certains autres arts, par exemple le théâtre ou le cinéma» (Différence et répétition).

L'anti-psychiatrie
A partir des années soixante, un mouvement de pensée d'origine anglo-saxonne rompt avec les critères et les méthodes de la psychiatrie classique. Ronald Laing et David Cooper en sont les deux initiateurs. Ils dénoncent les structures aliénantes de la famille qui se reproduisent dans structures sociales dans la mesure où elles imposent à l'individu une «normalité» étouffante. Cette démarche aboutit à une remise en cause politique de l'organisation sociale que Deleuze n'est pas loin de partager puisqu'il estime que la psychanalyse classique, parce qu'elle s'en tient à un modèle familialiste traditionnel, n'est rien de plus qu'un instrument de répression parmi d'autres.

APPORTS

Refusant le discours totalisant et, à ses yeux, réducteur de la philosophie classique qui cherche à penser l'unité du multiple en ramenant l'autre au même, Gilles Deleuze au contraire est attentif au devenir, à la différence, à l'événement.

Qu'est-ce qu'un philosophe? Le devenir, c'est la puissance du faux, rendant le vrai indécidable. Le devenir met en question tout modèle formel de la vérité. Le vrai ne préexiste pas à sa production, mais s'effectue à partir de falsifications, de rectifications. Le philosophe, alors, n'est pas celui qui cherche le vrai dans un ciel des Idées éternelles, mais celui qui produit des concepts, en épousant le mouvement, en l'accompagnant, autrement dit en étant actuel et «intempestif».
Les machines désirantes. Dans l'Anti Œdipe, Deleuze a rompu délibérément avec la prudence rhétorique à laquelle nous ont habitués les textes philosophiques. L'écriture est à l'unisson du désir, sans retenue ni fausse pudeur. Il faut se libérer du «joug de papa-maman
et en finir avec ce problème-là». Seul le désir est en mesure de briser la routine pour inventer de nouvelles normes de vie; seul le désir peut outrepasser les limites et, dans un élan de joie, nous réconcilier avec la vie - qui est, elle-même, une «méta-machine» désirante.
Actualité - postérité. La conception positive du désir, qu'a développée Gilles Deleuze, participe d'un courant de la recherche philosophique contemporaine qui est devenue soucieuse de se mettre à l'écoute de ce que la philosophie excluait classiquement: fiction, poésie, peinture et image même, comme le confirment, en 1982, l'étude de Deleuze sur le peintre Francis Bacon (Logique de la sensation), et ses ouvrages sur le cinéma (l'Image-mouvement en 1983 et l'Image-temps en 1985.)