Nous rendre comme maîtres et possesseurs de la nature. » Descartes, Discours de la méthode (1637),VI.


Contrairement à Aristote, Descartes (dans la lignée du christianisme) n'attribue pas une âme à tous les êtres, mais seulement à l'homme. Pour Descartes, les animaux ne sont pas autre chose que des automates, seulement plus sophistiqués. C'est la théorie des «animaux-machines».
Pour Descartes, l'homme a une âme qui lui confère la raison, mais aussi une volonté ((infinie», c'est-à-dire le libre-arbitre. Or ce libre-arbitre, qui permet à l'homme de décider souverainement une action, place l'homme
en-dehors de l'ordre naturel. Grâce à sa volonté, l'homme échappe au déterminisme des lois de la nature.
Dès lors, il se pose face à la nature et non pas simplement en elle. C'est pourquoi Descartes dit que si l'homme développe suffisamment les pouvoirs techniques que lui donne sa raison, il sera «maître et possesseur de la nature».
Avec Descartes est donc affirmée fortement l'existence d'un ordre humain, l'ordre de la culture, qui a ses lois propres qui dépendent de la volonté de l'homme. C'est là que se développent l'agriculture et l'ensemble des techniques, la vie sociale et politique, la vie intellectuelle et artistique.