Retour à l'index du dictionnaire de philosophieDESTIN (lat. destinare, fixer, assujettir)

Le destin est assimilé à  une puissance providentielle qui par avance aurait déterminé, de façon irréversible, le cours des choses et de l'histoire humaine. L'existence du destin implique l'impuissance des hommes à  décider du futur. Destin et liberté sont donc nécessairement contradictoires (fatalisme; à  ne pas confondre avec déterminisme).

L'idée selon laquelle tout serait écrit, déterminé à l'avance, a conduit à ce que les Anciens ont appelé «l'argument paresseux». Cet argument consiste à penser que si tout est décidé à l'avance, il est inutile que je cherche à bien faire, puisqu'il arrivera de toute façon ce qui doit arriver.

DESTIN. n. m. 1° fatalité antique, ordre suprême du monde qui, chez les Grecs, était même supérieur aux dieux. Le destin gouverne la tragédie en faisant agir les personnages malgré eux. Il s'agit du «fatum », en latin : voir ce mot.
2° Ensemble des événements, indépendants de la volonté, qui s'imposent à l'existence humaine. Destinée, sort, hasard. Le destin a voulu que je sois là au bon moment. Notre liberté peut-elle modifier le cours du destin ? Quel que soit ton destin, il faut te prendre en mains. Dans ce second sens, on voit que le destin s'oppose à la liberté sans forcément la nier : il y a des événements contingents ou nécessaires qui s'imposent aux hommes, mais en même temps des possibilités de les modifier, de les fuir ou de les inverser. «L'art est un anti-destin » (Malraux).

Voir Déterminisme, Tragique.

Destin

Enchaînement prédéterminé du cours des événements, supposant une puissance qui « prédestine » ce qui va arriver.