Retour à l'index du dictionnaire de philosophieÉCHANGE. Opération de cession réciproque de biens dont la valeur est jugée équivalente. Il faut néanmoins distinguer valeur d'échange et valeur d'usage. L'eau a une forte valeur d'usage (tout le monde a besoin d'eau) mais une faible valeur d'échange (quand personne n'en manque). L'or au contraire a une forte valeur d'échange (on peut échanger peu d'or contre beaucoup d'autres biens !) et une faible valeur d'usage (dans un désert l'or est moins utile que l'eau).
On peut, pour le profit de tous, échanger des biens, des mots, des services. Mais, comme pour l'ensemble des actions humaines, l'échange doit obéir à des règles éthiques et, le cas échéant, à des lois juridiques garantissant le respect d'autrui.
L'échange désigne l'acte par lequel plusieurs individus opèrent une transaction, se rendent ou se prêtent des biens, ou encore, ont recours à des prestations réciproques. L'échange implique une contrepartie, il relève sinon du don gratuit dont il doit être distingué puisque rien n'est proposé ni attendu en retour. Cette distinction n'implique toutefois pas une opposition fermée et l'on peut même voir dans le don l'amorce d'un échange social. C'est ce que montrent en particulier les analyses de l'ethnologue Marcel Mauss qui, à partir de pratiques courantes chez certaines tribus amérindiennes, conclut qu'il existe un échange différé à travers le don. Chez ces peuples, donner présente un caractère très paradoxal puisqu'il s'agit à la fois d'humilier et de prendre un ascendant sur celui qui, contraint d'accepter le don, reçoit par là même une sorte de cadeau empoisonné. Il lui faudra alors entrer dans une logique d'augmentation progressive de ses propres dons pour reconquérir une position sociale menacée ou retrouver un prestige perdu. Dans les sociétés économiquement plus com-plexes, l'échange des biens de consommation est régulé par la monnaie. Il s'agit alors de le faciliter en dépassant les limites du simple troc. Aristote appelle chrématistique la perversion de l'échange monétaire dont le seul but est l'accumulation de richesses et la spéculation.