Retour à l'index du dictionnaire de philosophieESPRIT. n. m. (du latin spiritus, «souffle, esprit »)
1° Sens religieux. Souffle de Dieu, «Esprit» qui inspire les êtres de son souffle, de son élan. Par extension, principe immatériel de vie, substance incorporelle qui meut les individus, et peut se détacher du corps (on dit « rendre l'esprit » pour mourir). A partir de là, l'esprit désigne un être immatériel (ange, démon, revenant, fantôme, âme d'un mort, spectre, fée, elfe, génie, gnome, etc.), qui hante la réalité ou l'imaginaire des hommes (cf. le mot Animisme). Certains croient aux esprits.
2° Sens intellectuel. Réalité pensante en l'homme. Principe de la pensée en ce qu'elle s'oppose au monde extérieur (le monde de la matière) et en ce qu'elle se distingue fondamentalement du corps (qui est matière). Intelligence réflexive, conscience et capacité de connaissance. L'esprit humain. Par extension (qui est plutôt une restriction), ensemble des facultés proprement intellectuelles et artistiques de l'être humain. Dans ce sens, on pourra définir ou juger les différentes formes d'esprit : un esprit de synthèse, d'analyse;; un esprit faux, un esprit d'invention ; un esprit pénétrant. Une vue de l'esprit (purement intellectuelle).
3° Sens psychologique large. Domaine de la vie psychique (pensée, sentiments, états d'âme) par opposition à la vie physique. L'opposition de l'esprit et du corps, dans ce sens, ne signifie pas que l'esprit soit une réalité indépendante du corps, immatérielle, mais seulement qu'on examine l'individu d'un point de vue psychologique. Disposition d'esprit ; santé de l'esprit. Un esprit sain dans un corps sain (proverbe latin). Cette acception englobe la volonté et l'affectivité, qui font partie de la vie de l'esprit : elle rejoint le sens n° 4 du mot âme. L'esprit dépasse, dans ce sens, la notion de raison ou de pure cérébralité, mais il reste opposé à l'instinct, aux pulsions vitales, bref à la « chair » au sens classique (voir ce mot).
4° Sens figuré. Par métonymie, l'esprit peut désigner une personne considérée du point de vue de ses capacités mentales : un esprit de valeur, un brillant esprit. Par extension, l'esprit peut s'appliquer à la philosophie d'un ouvrage ou au sens profond d'une réalité : l'esprit d'une époque, l'esprit de la loi. On trouve ainsi des expressions toutes faites comme Esprit de clocher (tendance à ne juger les choses que de son petit point de vue, à l'ombre de son clocher) ou Esprit de l'escalier (lenteur d'esprit qui fait qu'on ne pense à ce qu'il aurait fallu dire aux gens qu'après les avoir quittés, au bas de l'escalier — à l'inverse de l'esprit d'à propos).
5° Sens littéraire. Sens de l'ironie, aptitude à faire des «saillies », des mots piquants, des calembours, des pointes verbales. Avoir de l'esprit, faire de l'esprit. Un mot d'esprit. Il importe, à ce propos, de distinguer le sens religieux et le sens littéraire de l'adjectif Spirituel.
N.B. Ce tour d'horizon n'épuise pas toutes les nuances de sens du mot esprit. On aura soin en particulier de noter les similitudes et les différences des mots Esprit et Ame. On peut se rapporter en particulier à la distinction Animus/Anima.