Retour à l'index du dictionnaire de philosophieEXPRESSIONNISME. n. m. Tendance artistique et littéraire du début du XXe siècle qui fait de l'oeuvre d'art, non pas le moyen de représenter la réalité extérieure (ni même l'impression que celle-ci produit), mais l'expression intense et souvent violente du monde intérieur de l'artiste. Van Gogh (1853-1890) est considéré comme un précurseur de l'expressionnisme en peinture, lequel se développera dans la première moitié du siècle avec des représentants comme Edvard Munch (1863-1944) ou James Ensor (1860-1949). L'expressionnisme s'étendra aux autres arts : littérature, théâtre, cinéma.
· Historiquement, l'expressionnisme se présente comme une réaction contre le mouvement qui le précède, appelé Impressionnisme (voir ce mot). Alors que l'artiste impressionniste reproduit les impressions fugitives ou les sensations délicates que certains spectacles (soleil levant, paysage maritime) font sur lui, l'artiste expressionniste inverse la relation et ne se sert plus des éléments du monde extérieur les plus frappants (sélectionnés, modifiés, exacerbés) que pour imposer à la toile son univers intérieur.
· Cela dit, il y a tout de même filiation entre l'impressionnisme et l'expressionnisme. Par opposition à la peinture figurative ou réaliste, l'impressionniste faisait déjà le choix de mettre en avant la subjectivité de ses « impressions », en dépassant l'idée d'une objectivité statique du réel. L'expressionnisme ne fera donc que pousser plus loin encore la primauté de l'univers interne de l'artiste, pour aboutir à la peinture abstraite, qui crée délibérément un univers nouveau, sans souci de représenter le réel.