Retour à l'index du dictionnaire de philosophieFANATISME (lat. fanum, lieu consacré, temple)


certitude Absolue et indéfectible d'être dans le vrai et de bien faire, qui interdit tout scrupule. Au sens kantien, le fanatisme peut être opposé à  la vertu et à  la sainteté. Cf. Voltaire.

Attitude passionnelle de rejet de ceux qui ne partagent pas une foi ou conviction donnée.

Passion religieuse ou politique de celui qui croit détenir la vérité absolue. Ce mot vient du latin fanum « temple », et s'appliquait aux prêtres affectés au service du temple, en particulier des prêtres dans les transes de l'inspiration . De la même façon, on qualifiait de fanatica la philosophie qui expliquait les faits par l'intervention du sacré.

FANATISME. n. m. Croyance exacerbée en une idée , une doctrine, une religion ou un homme, qui rend intolérant à l'égard de ceux qui ne partagent pas la même passion (ou ont des convictions opposées). Le fanatisme religieux a particulièrement été combattu par les intellectuels et humanistes de l'époque des Lumières (XVIII siècle).
· Le fanatique est souvent d'autant plus dangereux qu'il est sincèrement convaincu de posséder la vérité, d'être en contact avec la divinité ou d'avoir trouvé, dans l'enthousiasme, la certitude qui illumine sa vie. «Rien n'est plus dangereux que la certitude d'avoir raison », déclare F. Jacob. Le zèle qui s'ensuit, surtout s'il donne lieu à des regroupements grégaires entre fanatiques de la même idée , conduit à des attitudes prosélytes, puis dogmatiques, puis sectaires, qui débouchent sur la violence, l'intolérance, l'inquisition.
· Le mot fanatique s'est banalisé. On se dit volontiers «fan» ou «fana» de quelqu'un ou de quelque chose (une vedette, un sport). Mais le germe est toujours là, et le risque de débordements collectifs, aveugles et intolérants, demeure.

Voir Dogmatisme, Intégrisme.