Retour à l'index du dictionnaire de philosophieFATALISME (du lat. fatum, ce qui a été dit)


Doctrine finaliste selon laquelle tout ce qui arrive est écrit d'avance, et se réalise, quoi qu'on fasse, conformément au destin. A distinguer impérativement du déterminisme dans la mesure où la croyance au caractère fatal de l'enchaînement des événements nie la liberté, alors que la connaissance de la liaison existant entre les causes et les effets (déterminisme) est au contraire un moyen de lever la fatalité et d'accroître notre puissance technique.

Doctrine selon laquelle tout ce qui se produit dans l’univers, et donc dans la vie humaine, est soumis au destin, c'est-à-dire qui arrive quoi qu'on fasse.

FATALISME. n. m. (de fatal, qui vient du latin fatum, «destin»).
1° Doctrine philosophique selon laquelle les événements et la destinée des êtres sont fixés à l'avance par une volonté surnaturelle (Dieu, la fatalité ou le Destin). L'homme n'y peut rien. Il n'a pas de liberté. Ne pas confondre avec le déterminisme, qui nie aussi la liberté humaine (du moins en partie), en estimant que le monde n'est qu'un enchaînement de causes et d'effets, mais sans intervention d'un principe surnaturel. Voir ce mot.
2° Attitude morale de résignation devant ce qui arrive. Sentiment ou idée qu'on ne peut rien faire à l'encontre de ce qui se produit. Le fataliste laisse faire, s'abandonne aux événements (cf. le personnage de Diderot, Jacques le Fataliste, pour qui « Tout est écrit là haut »).