Retour à l'index du dictionnaire de philosophieHASARD

Phi. Le hasard se définit d'une part comme ce qui est imprévisible, comme un effet ne pouvant être expliqué par un enchaînement rigoureux et compréhensible de causes, et d'autre part comme ce qui arrive sans intention de se produire, comme la cause d'événements non visés. Le meilleur exemple de hasard, en tant qu'effet imprévisible, est celui de la loterie; l'exemple le plus fameux de hasard comme cause non intentionnelle est celui du « nez de Cléopâtre » qui change le cours de l'histoire. On conclura avec Bergson que le hasard est « le mécanisme » se comportant comme s'il avait une intention ».

Epist. Cournot définit le hasard d'un évènement par la rencontre fortuite ou l'intersection de deux séries de causes indépendantes (que la foudre s'abatte sur moi est l'effet de deux séries causales autonomes : ce qui cause la chute de la foudre n'est pas cause de ma présence à  l'endroit où elle s'abat). Confondre hasard et destin consiste alors à  croire que tout se tient, supposer l'universelle interdépendance des séries causales. Math. L'expression « lois du hasard » fait référence aux lois du calcul des probabilités.

Ce mot est d'origine arabe. Il vient d'az-ahr, «jeu de dés». L'étude mathématique du hasard a donné lieu à deux disciplines: les probabilités et les statistiques. Toutefois, nul ne peut  dire à ce jour si un lancer de dés ne serait pas lui-même déterminé par des paramètres, des facteurs qui échapperaient à toute approche scientifique objective.