Retour à l'index du dictionnaire de philosophieIDÉOLOGIE (gr. idea ; logos; discours sur les idées). Gén. Terme créé par Destutt de Tracy (1796), qui désigne au XVIIIe siècle la science des phénomènes mentaux.
Soc. pol. Pour Marx, terme qui désigne le système d'idées et de représentations servant la classe dominante, n'ayant aucun fondement scientifique et dont le but est de masquer les contradictions de la société. Aujourd'hui, l'usage de ce terme s'est étendu pour désigner tout système intellectuel qui prétend fournir des explications globales et qui recouvre des intérêts plus ou moins camouflés. H. Arendt a montré qu'une idéologie se caractérise d'abord par son extrême cohérence, et comment de cette vérité strictement formelle elle tire l'essentiel de sa puissance. Infalsifiable, elle évite toujours l'épreuve des faits. falsifiabilité.

Le mot idéologie est surtout employé aujourd'hui pour désigner les courants de pensée qui veulent s'imposer de manière arbitraire au nom d'une légitimité imaginaire. Un idéologue est, dans cette perspective, quelqu'un qui ne pense pas par lui-même, mais qui se contente de spéculations déterminées par le système intellectuel auquel il se contente de faire écho, sans accepter le dialogue. Initialement, l'idéologie est un terme inventé par Destutt de Tracy pour qualifier la science des idées. Son objet est de savoir comment elles se forment, se lient et quels rapports elles entretiennent avec les sensations.
De cette science générale des idées, on est passé progressivement à un usage totalement différent de celui des idéologues fondateurs du concept. L'idéologie est devenue en effet le substantif permettant de désigner un système global d'interprétation du monde. Dans la philosophie marxiste, l'idéologie est un rapport faussé avec le réel, dépendant d'une transposition des rapports sociaux de production dans le champ des valeurs et des institutions. Par exemple, la conception bourgeoise de la liberté et du droit n'est que l'expression d'une infrastructure économique ancrée sur le libéralisme et la propriété privée. Ainsi, ce sont les classes sociales dominantes qui déterminent idéologiquement les valeurs en les posant faussement comme des normes absolues et indépendantes.

On peut définir l’idéologie comme toute théorie qui tente de décrire non la réalité telle qu'elle est, de manière scientifique et objective, mais telle que l'auteur de la théorie, en fonction de ses préjugés ou de ses opinions politiques, voudrait qu'elle soit.

«Toute idéologie est un effort pour justifier devant soi-même ou devant autrui une ligne de conduite qui a  besoin de l'être, c'est-à-dire dont la justice n'éclate pas aux yeux de tous.» Leo Strauss, Droit naturel et histoire.

On appelle idéologie toute représentation du monde qui se veut objective et qui n'est en fait que le reflet de préjugés et d'intérêts de nature politique.

Pour Marx, système de productions culturelles (artistiques, philosophiques, religieuses, juridiques) par lesquelles une classe sociale (en l'occurrence la bourgeoisie) justifie et occulte sa domination économique sur une autre.

Ensemble des idées et des représentations propres à une époque. L'idéologie prétend à l'universalité alors qu'elle ne repose sur aucune argumentation fondée en raison. La croyance au progrès est une des idées marquantes du XVIIIe siècle.

Système d'idées, en apparence rationnel, qui cache des valeurs ou des mythes de nature purement affective. Une classe sociale, un parti politique peuvent se rattacher à une idéologie pour défendre leurs intérêts.

Idéologie. Dans l'usage courant, le mot idéologie signifie un système d'idées que l'on ne partage pas : les tenants du libéralisme économique accusent les marxistes d'idéologie et inversement. Pour que le mot ait une définition substantielle, il faudrait pouvoir prouver que ce système d'idées est effectivement dénué de tout rapport à la réalité, ce qui est parfois fort difficile. Dès lors l'idéologie se définit moins par son contenu que par son mode d'argumentation et de défense : elle se présente elle-même comme un système non d'idées, mais d'idées absolument vraies, rendant absolument compte du réel. En ce sens, l'idéologie procède d'une prétention démesurée à la vérité qui oublie toute prudence scientifique élémentaire. Le refus du faillibilisme, la rigidité dogmatique caractérisent l'idéologie. Marx a proposé de son côté une définition particulière de l'idéologie : ce serait l'ensemble des représentations collectives qui manifestent les conditions d'existence réelle, c'est-à-dire socio-économiques, et les intérêts d'une classe. Les représentations collectives de la bourgeoisie constituent ainsi l'idéologie bourgeoise.

 

IDÉOLOGIE. n. f (étymologiquement : «science des idées». Mais cette étymologie ne correspond pas au sens actuel de ce mot).
1° Au sens marxiste : ensemble des idées, des valeurs dominantes, des croyances (plus ou moins illusoires), des façons de percevoir la réalité, qu'une société ou qu'une classe sociale impose à tous ceux qui en font partie. L'idéologie aristocratique de l'Ancien régime a ainsi été supplantée par l'idéologie bourgeoise. Barthes, dans les Mythologies, dénonce l'idéologie petite-bourgeoise. Dans le sens marxiste, l'idéologie est l'un des moyens de domination d'une classe sur l'autre : elle favorise l'aliénation des dominés (voir ce mot, sens n° 3). Le terme est donc la plupart du temps péjoratif : l'idéologie dominante (expression-clé) est critiquable, à la fois comme falsification de la réalité et comme instrument d'oppression, souvent cyniquement mise en oeuvre par des manipulateurs.
2° Au sens sociologique (qui découle du précédent) : système d'idées et de valeurs, grille d'interprétation du monde qu'élabore une société ou un groupe social. Le mot est ici neutre. Il intègre les moeurs, les conduites, les productions culturelles ou artistiques. L'idéologie fait partie en quelque sorte de la culture au sens n° 2.
3° Au sens général, une idéologie est un système d'idées, une philosophie, une vision du monde bien déterminée. Il peut s'agir de la vision d'un auteur : on étudiera l'idéologie de Balzac dans La Comédie humaine. Il peut s'agir d'une grande idéologie historique : le libéralisme, le marxisme sont des idéologies. Il peut s'agir des positions d'un leader politique (ses préjugés, les présupposés de sa philosophie l'empêchent de voir le monde tel qu'il est : on le traitera volontiers d'idéologue). Il peut s'agir de l'idéologie ambiante que, plus ou moins consciemment, les médias diffusent (ou une certaine presse). L'emploi du mot est souvent critique : ceux qui en usent cherchent surtout à dénoncer (ou à révéler) la nocivité d'une idéologie sous-jacente, dont les propagateurs n'ont pas toujours conscience.
N.B. Ne surtout pas confondre les mots Idéal et Idéologie.

Idéologie scientifique. «L'idéologie scientifique est évidemment la méconnaissance des exigences méthodologiques et des possibilités opératoires de la science dans le secteur de l'expérience qu'elle cherche à investir, mais elle n'est pas l'ignorance, ou le mépris, ou le refus de la fonction de la science». Georges Canguilhem, Idéologie et rationalité dans l'histoire des sciences de la vie.

Idéologie technocratique Représentation du monde (et de la société en particulier) qui fait prévaloir les considérations techniques ou économiques sur les facteurs humains et donne le pouvoir aux techniciens et administrateurs au détriment des élus.