Retour à l'index du dictionnaire de philosophieIMMANENCE (lat. immanere, demeurer [manere] en [ini]) Caractère de ce qui est immanent . Opposé à  transcendance.

(Du latin immanere, «rester à l'intérieur de»). Caractère de ce qui est intérieur à un être.

Caractère de ce qui est intérieur à un être ou à un objet de pensée donné.


IMMANENT

Gén. Est immanent à  une chose ce qui est compris en elle et ne résulte pas en elle d'une action extérieure. Par ex., les facultés humaines sont immanentes à  l'homme alors que leur développement dépend de l'éducation (action extérieure).
Méta. Opposé à  transitif, l'adjectif immanent s'applique en particulier chez Spinoza à  une cause en tant qu'elle n'est pas distincte de l'effet qu'elle produit. Ainsi, alors que le menuisier est cause transitive de la chaise qu'il fabrique (extériorité de la cause et de l'effet), Dieu est pour Spinoza cause immanente du monde
(ce qui signifie que Dieu n'est pas créateur du monde au sens chrétien, mais que Dieu et la nature sont une seule et même chose, selon la formule du panthéisme).
Crit. Opposé à  transcendant. Kant qualifie d'immanents les principes de la connaissance dont l'application reste strictement cantonnée dans les limites de l'expérience possible. Une raison qui prétendrait connaître les choses en soi, et non simplement les phénomènes, en ferait un usage transcendant.

Transcendance/Immanence

On qualifie de transcendant ce qui est extérieur au monde et de nature différente de lui. (Par exemple Dieu, les Idées platoniciennes, l'Absolu, etc.) A l'opposé, on qualifie d'immanent ce qui n'existe pas en dehors du monde.