"> ">

Retour à l'index du dictionnaire de philosophieIMPÉRATIF (lat. imperare, commander, ordonner)


proposition qui a la forme d'un commandement. Kant distingue impératif hypothétique et impératif catégorique. Un impératif est hypothétique quand la réalisation de ce qui est commandé est soumise à condition : « Pratique la gymnastique, si tu veux rester souple. » On appelle encore conditionnels ces impératifs qui commandent de faire une çhose qui est en réalité le moyen d'une autre. Les impératifs hypothétiques sont des impératifs techniques (règles de l'habileté valables par ex. en politique mais qui ne garantissent pas forcément le succès de l'action) ou pragmatiques (conseils de prudence que suit celui qui veut être heureux sans être assuré de l'être). En revanche, un impératif est catégorique dès lors qu'il commande une action qui n'est subordonnée comme moyen à aucune autre, c.-à-d. un acte qui est une fin en lui-même. Or, seul un acte moral est pour Kant inconditionné, et, en lui-même, une fin. Par ex., « sois juste » est un impératif catégorique, car il ordonne sans condition : quelles que soient les circonstances et les conséquences effectives de mon acte, la conscience morale me commande d'agir avec l'intention d'être juste. L'obéissance à l'impératif catégorique garantit la moralité de mon acte qui ne dépend que de ma bonne volonté, c.-à-d. de ma volonté d'agir comme tout autre devrait agir, quelle que soit la situation. Kant énonce ainsi l'impératif unique auquel peuvent se réduire tous les impératifs moraux: « Agis uniquement d'après la maxime qui fait que tu peux vouloir en même temps qu'elle devienne une loi universelle. »

 

Impératif catégorique Chez Kant, commandement de la raison pratique, qui ordonne sans condition. Pour savoir si une action quelconque est conforme à la morale, il faut se demander, en vertu de l'impératif catégorique, si la maxime de cette action peut être érigée, sans contradiction, en loi universelle, valable pour tous les hommes.

Kant distingue l'impératif catégorique, inconditionnel («Fais ceci parce que tu le dois») de l'impératif hypothétique, soumis à condition («Fais ceci si tu estimes que c'est bien pour toi»).

Pour Kant, commandement inconditionnel. Le caractère de la loi morale est d'être un impératif catégorique, c'est-à-dire une obligation qui s'applique à tous, sans condition.

Impératif catégorique Dans la morale de Kant, l'impératif catégorique désigne un commandement inconditionnel.

Impératif catégorique
Forme de la loi morale selon Kant, qui est celle de l'universalitation : « Agis seulement d'après la maxime grâce à laquelle tu peux vouloir en même temps qu'elle devienne une loi universelle. » De cette première formule de l'impératif catégorique, Kant en tire deux autres qui en constituent des explicitations : « Agis comme si la maxime de ton action devait être érigée par ta volonté en loi universelle de la nature » ; « Agis de façon telle que tu traites l'humanité, aussi bien dans ta personne que dans la personne de tout autre, toujours en même temps comme fin, jamais simplement comme moyen » (Fondation de la métaphysique des mœurs, 1785, Deuxième section).