Retour à l'index du dictionnaire de philosophieJANSÉNISME. n. m. Doctrine de Jansénius, nom latin de l'évêque d'Ypres, exposée dans son ouvrage sur Saint-Augustin, l'Augustinus, paru en 1640. Mouvement religieux inspiré de cette doctrine, qui suscita une vive querelle morale et politique en France, dans la seconde moitié du XVII° siècle.
Au point de vue théologique, le jansénisme met l'accent sur la toute puissance de Dieu et de sa grâce (voir ce mot). Il en résulte que seule la grâce peut sauver l'homme pécheur, mais aussi que Dieu n'est pas « obligé » de sauver automatiquement tout homme qui le désirerait. D'où un glissement vers la thèse de la prédestination (la grâce serait accordée aux uns et refusée aux autres dès la naissance), ce qui suscita une polémique entre jansénistes du couvent de Port-Royal et jésuites.
Au point de vue moral, le jansénisme est extrêmement exigeant. Dieu n'étant pas tenu d'accorder sa grâce à tout pécheur, il faut tout faire pour la mériter. La pratique de la vertu, l'austérité de la vie sont nécessaires au salut. À l'inverse, une morale relâchée ou trop com-mode (celle que les jésuites répandent en pratiquant leur casuistique, voir ce mot) est le plus sûr moyen de s'éloigner de Dieu et de courir à la damnation.
Au point de vue politique, l'attitude janséniste s'explique par sa résistance au «monde» (c'est-à-dire le monde du pouvoir — les Grands, l'ordre royal, aussi bien que les lieux de la vie mondaine), monde marqué par le péché et la superficialité de l'existence. D'où une attitude d'intransigeance à l'égard du pouvoir (dans la querelle de Port-Royal) et leur radicale opposition aux jésuites, qui désiraient faciliter la pratique de la morale chrétienne en l'adaptant quelque peu à la « modernité » de l'époque.
Indépendamment de la querelle de Port-Royal, le jansénisme a marqué de son influence religieuse et morale tout un courant de pensée littéraire et artistique. Il a donné lieu à l'éclosion d'un chef-d'oeuvre de littérature polémique, Les Provinciales de Pascal. Aujourd'hui, on traite volontiers de «janséniste» toute personne qui paraît excessivement rigoureuse dans sa morale ou ses idées, austère, puritaine ou simplement sobre.