« Nous ne connaissons a priori des choses que ce que nous y mettons nous-mêmes.» Kant, Critique de la raison pure (1789) .


La «révolution copernicienne» opérée par Kant• est la suivante: le réel connaissable n'est pas indépendant de l'esprit, c'est l'esprit qui lui donne sa forme. Nous ne sommes pas passifs face au monde: c'est nous qui lui donnons les formes sous lesquelles nous le connaissons.
Dans cette perspective, Kant distingue la raison de l'entendement: l'entendement est l'ensemble des catégories qui façonnent le réel. Tant que la raison se borne à connaître le réel selon les catégories de l'entendement, elle reste dans les limites dans lesquelles la connaissance est possible. Mais la raison peut aussi s'aventurer à spéculer en-dehors de ces catégories. Elle sort alors des limites de la connaissance et construit des raisonnements qui ne peuvent pas être vérifiés (par exemple sur l'existence de Dieu...). D'où le désordre et les débats sans fin entre les philosophes. Le but de Kant dans la Critique de la raison pure est d'examiner les limites de la raison et de mettre fin à ces débats.