«Les monades sont sans portes ni fenêtres. » Leibniz, la Monadologie (1714)


· La conception leibnizienne prolonge celle de Descartes dans sa critique de l'em¬pirisme. Leibniz, à contre-courant de la conception courante, affirme que c'est chaque conscience (ou monade) qui, de son propre fonds, produit la suite des représentations dont elle est le foyer.
· Ce qui montre en particulier que certaines connaissances sont indépendantes de l'expérience, ce sont les mathématiques. Comme Platon* le disait déjà, nos concepts mathématiques (le concept de cercle par exemple) sont des formes abs¬traites que nous ne rencontrons jamais véritablement dans l'expérience: aucun cercle réel, matériel, n'est le cercle parfait des géomètres.