Pour approfondir:

  1. Locke et l'expérience
  2. L'empirisme

Locke est le père de l'empirisme, doctrine selon
laquelle la connaissance doit être fondée sur l'expérience.
Ardent défenseur de la liberté individuelle,
il est aussi l'un des pères du libéralisme politique.

VIE

A la fin du XVIle siècle, les progrès des sciences
(mathématiques, physique, médecine) incitent certains philosophes, notamment en Angleterre, à appliquer les principes de la méthode expérimentale à la philosophie.

Le scientifique (1632-1688)
- John Locke naît près de Bristol, dans une famille bourgeoise et puritaine. - Études à Oxford. Renonce à la carrière ecclésiastique pour la médecine. - 1667: médecin de lord Shaftesbury. Membre de l'Académie des sciences, il participe aux débats scientifiques de son temps et écrit des traités de médecine.
- 1682: lord Shaftesbury, impliqué dans un complot, est inculpé de haute trahison. Locke, lui-même en cause, le suit en exil en Hollande.

Le philosophe
- 1688: Locke revient en Angleterre après la Glorieuse Révolution. Le règne de Guillaume d'Orange ouvre une période de liberté politique. Il refuse un poste d'ambassadeur pour s'adonner à la philosophie.
-1690: publie l'Essai sur l'entendement humain et deux Traités sur le gouvernement civil.
- Se retire à Oates, près de Londres. Écrits sur l'économie et en défense du christianisme .
- Locke meurt en 1704.

OEUVRES

La philosophie de Locke vise avant tout à la solution de
problèmes pratiques. C'est pourquoi il a abordé les problèmes les plus divers, de la médecine à la théorie de la connaissance, de l'économie à la religion, sans aucun esprit de système.

Lettre sur la tolérance (1689)
Locke établit le principe de la séparation entre l'État et l'Église. Le pouvoir politique doit se borner à la société civile et ne pas s'étendre aux problèmes religieux, qui relèvent de la sphère privée. Dans un État laïc, toutes les confessions sont également légitimes. Locke réclame la liberté de conscience et de culte, principe essentiel de la philosophie libérale.

Essai sur l'entendement humain (1690)
Cet ouvrage majeur de l'histoire de la philosophie inaugure l'empirisme. Locke nie la réalité des idées innées et affirme qu'il n'y a rien dans l'esprit avant l'expérience. L'esprit humain vient au monde comme une «table rase». Les idées sont produites dans l'entendement à partir de la sensation et de la réflexion. On ne peut connaître que ce qui est observable: la théologie et la métaphysique sont disqualifiées. Par contre, les idées mathématiques et morales ne renvoient qu'à elles-mêmes; elles peuvent donc être connues par évidence intuitive et démonstration.

Traités du gouvernement civil (1690)
Locke critique la monarchie absolue et héréditaire. Pour lui, le pouvoir politique est issu d'un pacte social et doit avoir pour but de défendre la liberté naturelle des individus. L'État n'est pas une fin en soi. S'il ne correspond plus à la volonté populaire ou s'il ne respecte pas la justice, il se disqualifie. Locke fonde la doctrine libérale de l'État et l'idéologie du laisser-faire.

Quelques pensées sur l'éducation (1693)
Puisque notre esprit se forme par l'expérience et l'entraînement, l'éducation consiste à inculquer d bonnes habitudes aux enfants. La maîtrise de soi e la principale de ces habitudes.

Le christianisme raisonnable (1695)
Ce traité est un plaidoyer en faveur d'une foi simple et pure, à la fois «naturel le» et fondée sur les Écru tures, débarrassée de tout dogmatisme théologique et indépendante de toute Église.

EPOQUE

Empirisme versus rationalisme
Le xviie siècle est dominé par le rationalisme cartésien. Descartes pense, comme Platon, que la raison peut accéder à la connaissance en dehors de l'expérience, en vertu des idées innées. Mais les erreurs de Descartes en physique et la supériorité de Newton dans ce domaine montrent la nécessité de tenir compte des données de l'expérience pour établir des connaissances sûres. L'empirisme, ou philosophie de l'expérience, domine la philosophie dès la fin du xviie siècle.

La liberté politique
Le xviie siècle est en Angleterre une période de guerre civile chronique, alimentée par les conflits entre, d'une part, les ligues et protestants et, d'autre part, le parlement et le roi. Pour Locke, qui a souffert personnellement de ces troubles, la liberté politique est essentielle. Il défend la tolérance religieuse, le «droit naturel» des hommes à la liberté et la séparation des pouvoirs.

APPORTS

Médecin de formation, Locke est l'initiateur de l'empirisme.
Cette doctrine, selon laquelle nos connaissances ne pro
viennent que de l'expérience, influencera tout le XVIlle siècle.
Il est aussi l'un des premiers théoriciens de la liberté politique.

La théorie de la connaissance. Analysant l'esprit humain pour déterminer ce que nous sommes en mesure de connaître, Locke conclut que toutes nos connaissances proviennent des sens. Il inaugure ainsi l'empirisme qui influencera toute la philosophie du siècle des Lumières.
La liberté politique. Locke considère que les hommes naissent libres et égaux et que le rôle du pouvoir politique, institué par un pacte social, est de défendre ces «droits naturels» des individus. Sa réflexion est à la base du libéralisme politique et traverse tout le XVIIIe siècle.
La tolérance religieuse. Refusant le dogmatisme des Églises et la confusion entre pouvoir politique et religieux, Locke affirme que toute religion est légitime tant qu'elle ne porte pas atteinte à la liberté civile. Il défend ainsi la laïcité de l'État et la liberté de culte.
Postérité-actualité. Locke influence toute la pensée du XVIIIe siècle, tant du point de vue de la théorie de la connaissance que de la pensée politique. Montesquieu reprendra le principe de la séparation des pouvoirs, Voltaire verra en lui le héraut de la tolérance, Rousseau s'inspirera, en la critiquant, de l'idée du pacte social. Hume et Kant tireront les conséquences de sa réflexion sur les limites de la connaissance humaine. Quant à son plaidoyer pour la tolérance religieuse, il devrait être rappelé à chaque époque.