«L'expérience, c'est là le fondement de toutes nos connaissances et c'est de là qu'elles tirent leur première origine. » Locke, Essai sur l'entendement humain (1690).


· Spontanément, nous pensons bien être face à des objets, extérieurs à nous et indépendants de nous, que nous nous représentons «dans» la conscience. Une telle conception est celle de l'empirisme (du grec empeiria, expérience) pour qui toutes nos idées viennent de l'extérieur.
· Pour Locke, l'esprit humain n'aurait aucune représentation - donc il n'y aurait pas de conscience - s'il ne commençait pas par avoir une expérience sensible des choses. L'esprit est capable, ensuite, d'élaborer des conceptions plus abstraites, mais qui restent tributaires des données des sens. La conscience est seconde par rapport au monde - y compris, par exemple, pour les idées mathématiques.