Retour à l'index du dictionnaire de philosophieMOI

Gén. Sujet empirique défini par l'ensemble des qualités pouvant être rapportées à l'individu concret, singulier. Moi, c'est moi  : le moi psychologique se caractérise par ce qui, en lui, se distingue de tout autre, par le contenu de ses sentiments, de ses pensées, de ses souvenirs.
Méta. Le moi-substance ou moi substantiel est la réalité permanente qui subsiste é travers tous les changements accidentels du sujet empirique. Chez Descartes, ce moi est l'âme, entièrement distincte du corps.
Crit. Le moi transcendantal désigne la fonction qui unifie, sous le Je pense, le divers donné des intuitions empiriques ou sensations, et lie, dans chaque conscience, l'ensemble de ses représentations.
Psy. Dans la seconde topique de Freud, le moi est l'instance psychique tiraillée entre les exigences de la réalité et celles du ça, réservoir de pulsions régies par le principe de plaisir. Le Moi subissant, d'autre part, la censure permanente et la surveillance constante du Surmoi, il se trouve ici décrit comme le siège de conflits perpétuels dont il est moins l'arbitre que le jouet.

Moi Instance psychique qui, au-delà des incessants changements de notre organisation physico-chimique, de notre vie affective et intellectuelle, fonde l'unité de la personne. L'éclatement du moi conduit à certaines formes de psychoses, dont, en tout premier lieu, la schizophrénie.

Moi Contrairement à ce que pourrait suggérer le langage courant, le Moi n'est ni une donnée palpable, ni une abstraction, c’est une fonction unificatrice de la personnalité.

Moi Il ne faut pas confondre le Moi et la conscience. Selon Freud, le Moi n'est pas entièrement conscient. Ainsi, je sais bien qui je suis, je suis capable de dire «moi, je veux», mais je ne sais pas toujours pourquoi je veux ceci plutôt que cela.