Retour à l'index du dictionnaire de philosophieNATURE (lat. natura; de nasci, naître)

Terme équivoque qui connaît deux grandes acceptions selon qu'il désigne la nature d'un être ou la nature en général. Désignant la nature d'un être, le terme renvoie d'abord à  l'idée d'une existence qui se détermine d'elle-même, sans l'intervention d'une cause étrangère : 1. s'oppose à  ce qui résulte de l'art ou de la technique : « La nature est principe dans la chose même » (Aristote); 2. est synonyme d'essence d'un genre dès lors qu'il désigne l'ensemble des propriétés qui le définissent : « La nature d'un gouvernement est ce qui le fait être tel » (Montesquieu); 3. désignant ce qui est inné, s'oppose à  l'acquis, c.à-d. chez l'homme à  la culture ; désignant ce qui est spontané, s'oppose à  ce qui est réfléchi.
Désignant la nature en général, le terme renvoie à  l'idée d'un ensemble organisé et régi par des lois : 1. ainsi la nature comme ensemble des choses qui présentent un ordre et réalisent des types s'oppose pour Aristote au hasard : « La nature ne fait rien en vain » ; 2. la Nature en tant que s'y exprime une absolue nécessité s'oppose au monde - humain soumis à  la contingence; 3. la nature où toute cause est elle-même l'effet d'une cause extérieure s'oppose pour Kant à  la liberté qui suppose l'autonomie morale de l'agent.

Nature Pour les philosophes des Lumières, la nature est foncièrement bonne. C'est pourquoi la raison doit conduire l'homme à retrouver son état naturel initial. Hegel s'oppose à cette  conception. Pour lui en effet, l'état de nature «est plutôt l'état de l'injustice, de la violence, de l'instinct naturel déchaîné, des actions et des sentiments inhumains» (La Raison dans l'histoire).

Nature Qui existe indépendamment de toute intervention humaine.

Nature humaine Désigne, paradoxalement, le fait que l'homme est voué, par nature, à être la seule créature capable, en théorie, de choisir son propre destin.
Essence du genre humain. Beaucoup de philosophes, comme Fichte ou Sartre, ont nié l'existence de la nature humaine en soutenant que la « nature » de l'homme, c'est de n'en point avoir, mais d'être ce qu'il se fait, par liberté.

Nature Ce qui existe en dehors du monde transformé par l'homme. Mais aussi ce qui existe spontanément et, dans un être, ce qui constitue le principe de son développement.

Nature
Tout ce qui existe indépendamment de l'homme constitue la nature, par opposition à la culture. En un second sens, la nature signifie l'essence d'un genre, c'est-à-dire l'ensemble des propriétés qui le définissent.