Retour à l'index du dictionnaire de philosophieEn latin, nihil signifie « rien ». D'un point de vue général, le nihilisme désigne le refus de toute forme d'absolu, aussi bien concernant la vérité que les valeurs. Nietzsche donne une détermination plus précise à cette notion, en faisant d'elle le résultat d'une crise majeure à laquelle l'homme est confronté à la suite de l'effondrement progressif et inéluctable de la philosophie platonicienne et du christianisme. Ces systèmes avaient pour effet de donner au monde une stabilité rassurante, mais ils cèdent finalement sous le poids de leurs propres illusions. En annonçant par la bouche du personnage de Zarathoustra que « Dieu est mort », Nietzsche entend mettre en garde l'humanité contre les dangers qu'elle court si elle n'accepte pas cette désertion d'un sens métaphysique. En effet, faute de reconnaître la mort de Dieu, nous sommes conduits à porter son cadavre ou bien à nous réfugier dans la préférence pour le néant, lorsque nous n'en supportons pas les conséquences. La première situation renvoie à la substitution de nouvelles idoles, par exemple la foi en la science, la confiance en une linéarité providentielle du progrès ou le nationalisme. La deuxième forme d'errance consiste à compenser le glas du sens par la séduction pour l'absurde, afin de répondre à l'angoisse de la déréliction, c'est-à-dire, du sentiment d'abandon.

Nihilisme
Doctrine ou position philosophique niant toutes les valeurs reconnues et toute transcendance. Heidegger considère que le nihilisme est le point culminant de l'« oubli de l'être » et de la domination de la technique.