Retour à l'index du dictionnaire de philosophiePANTHÉISME (gr. pan, tout; théos, Dieu: «tout est Dieu »).
1° Doctrine religieuse ou philosophique qui identifie le monde à Dieu (soit dans un sens idéaliste : Dieu est la seule réalité, et le monde n'est que l'ensemble de ses manifestations ; soit dans un sens matérialiste : Dieu est la somme de tout ce qui existe dans l'univers).
2° Au sens courant, le panthéisme est une attitude de divinisation de la nature, sorte de grand être vivant auquel on adresse un culte. Le panthéisme de l'écrivain Colette se manifeste dans ses évocations exaltées de la nature vivante.


Doctrine selon laquelle tout est Dieu , ou qui identifie Dieu et le monde. On distinguera le panthéisme matérialiste d'un Diderot ou d'un d'Holbach pour qui le monde seul est réel, Dieu n'étant que la somme de ce qui existe, du panthéisme d'un Spinoza qui affirme que Dieu seul est réel, la nature n'étant plus un effet extérieur à Dieu , mais Dieu lui-même, cause immanente et non plus transcendante de tout ce qui existe (cause de soi).

Panthéisme Doctrine métaphysique selon laquelle tout est Dieu. Ainsi, chez Spinoza, l’homme participe de la substance divine. Il en est un mode, mais il n'en a pas l’infinitude.

Panthéisme Système philosophique selon lequel tout ce qui est, est en Dieu, qui n'est pas un être distinct du monde, mais le monde lui-même.

Panthéisme Doctrine d'après laquelle tout est Dieu: Dieu et le monde ne font qu’un.

Panthéisme Doctrine selon laquelle Dieu se confond avec l'univers.

Panthéisme Ce mot signifie étymologiquement que tout (pan) est dieu (théos) ou que Dieu est partout. Bien entendu, il ne faut pas confondre le panthéisme avec un fétichisme polythéiste qui verrait des dieux dans tous les objets, dans tous les animaux. Les panthéistes sont, au contraire, persuadés de l'unité fondamentale de l'univers mais, pour eux, il ne faut pas distinguer Dieu du monde.

Du grec pan (« tout ») et theos (« dieu »), le panthéisme repose sur l'idée selon laquelle le principe divin coïncide avec la nature elle-même. Dieu n'est donc pas transcendant et extérieur à l'univers, il se confond avec lui. Dans l'Antiquité, les stoïciens construisent leur philosophie sur cette hypothèse, en faisant du monde un vaste vivant dont Dieu est en quelque sorte l'âme ou le logos, la raison universelle et suprêmement organisatrice. Dès lors, leur théologie se ramène à une physique et leur morale à l'acceptation de la nécessité présidant à tous les phénomènes qui ne dépendent pas de nous.
Spinoza développe également une approche panthéiste du monde en établissant une équation entre Dieu et la nature se résumant dans une célèbre formule : « Deus sive natura » (« Dieu, c'est-à-dire, la nature »). Ici, Dieu est la cause immanente de tout et non la cause transitive. Une cause immanente demeure en elle-même lorsqu'elle produit un effet, lequel reste aussi compris en elle. Par opposition, une cause transitive suppose une extériorité entre les parties (par exemple, le vent est la cause transitive de la chute d'une tuile et non sa cause immanente).

Panthéisme
Doctrine soutenant que tout est en Dieu, ou que tout est Dieu : en d'autres termes, Dieu est assimilé à la nature conçue comme la totalité de ce qui est, et non à un principe transcendant, séparé de la nature et supérieur à celle-ci.