«Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît point [...] C'est le coeur qui sent Dieu et non la raison. Voilà ce que c'est que la foi.» Pascal, Pensées (1670).


Pascal distingue deux modes de connaissance. La raison «connaît» sur le mode conceptuel et argumentatif, comme dans les mathématiques. Mais Dieu échappe à ce mode de connaissance. Il serait vain, pour Pascal, de prétendre en démontrer l'existence. C'est le coeur qui «sent» Dieu. La foi est donc une connaissance immédiate et trop subtile pour pouvoir être argumentée.
La raison peut néanmoins être mise au service de la foi, de façon indirecte: c'est la célèbre théorie du «pari» pascalien, visant à convertir les incroyants. Il montre que l'homme a beaucoup à gagner en croyant, et, réciproquement qu'il n'a rien à gagner en en croyant pas. Il est donc, en pratique, raisonnable de croire en Dieu, même si ce n'est pas rationnel, et n'a pas besoin de l'être.