Pour approfondir:

  1. L'âme
  2. L'existence

De l'enseignement oral de Socrate, dont il fut le disciple,
Platon a laissé une oeuvre sous forme de dialogues:
celle-ci est en effet plus vivante que les exposés dogmatiques
et elle correspond mieux à la démarche philosophique,
qui est interrogation autant que certitude.

VIE

Platon s'est nourri de l'enseignement de Socrate. Comme lui, il pense que le Vrai est accessible à la raison humaine.
La mort de Socrate l'affecte profondément et le conduit à
orienter sa pensée philosophique vers une réflexion politique. Platon naît à Athènes d'une famille aristocratique.

En -407, il rencontre Socrate, dont il suivra l'enseignement pendant huit ans.
Platon se destinait aux affaires politiques, mais la condamnation à mort de Socrate en -399 par les démocrates le détourne de ce projet. Il n'assiste pas aux derniers moments du philosophe et quitte Athènes. De cette époque date son projet de repenser les problèmes politiques.
Il effectue une série de voyages, se rend en Italie où il rencontre les pythagoriciens.
De -388 à sa mort, Platon oscille entre Athènes et la Sicile. Il veut convertir le tyran Denys1er l'Ancien à ses idées politico-philosophiques, mais il se brouille avec lui, est exilé et même vendu comme esclave.
En -387, racheté et libéré, Platon revient à Athènes et fonde l'Académie, première grande école de l'Antiquité.
Après des rappels et exils successifs en Sicile, il meurt à Athènes en -347.

OEUVRES


Gorgias (v. -387)
Dans ce dialogue, Platon s'élève contre la rhétorique, art mensonger, qui abuse de la puissance des mots et donne le pouvoir aux tyrans. Il lui oppose la philosophie, dont le but est de rendre le peuple meilleur.

Ménon (v. -387)
Après le Protagoras, une oeuvre de jeunesse, Platon tente de définir ce qu'est la vertu et si elle peut s'enseigner.

Phédon (v. -385)
Ce dialogue met en scène les derniers instants de Socrate. Avant de boire la ciguë, Socrate expose à ses disciples sa croyance en l'immortalité de l'âme.

Le Banquet (v. -385)
Cet ouvrage fondamental de Platon traite de l'amour. Le philosophe y évoque le mythe des androgynes: autrefois, les êtres humains possédaient les deux sexes. Mais Zeus, pour les punir d'avoir cherché à escalader le ciel, les sépara en deux. Depuis, chaque moitié recherche l'autre.

La République (entre -385 et -370)
C'est l'oeuvre majeure de Platon. A partir d'une définition de la justice, Platon tente de déterminer ce que serait le gouvernement idéal . Il distingue trois classes de citoyens et analyse les différents types de régimes politiques. Pour se rapprocher du gouvernement idéal , la cité devrait se doter d'un philosophe-roi. De la politique, Platon passe à la métaphysique...

Théétète (v. -368)
Platon tente de démontrer qu'une connaissance objective est possible, contrairement aux philosophes qui affirmaient la relativité de toute science, comme le sophiste Protagoras ou Héraclite.

Parménide (v. -367)
Dans cet ouvrage, l'un des plus techniques de Platon, le philosophe tente de répondre aux critiques qu'a suscitées sa théorie des Idées. Il examine en particulier quel est le rapport entre les Idées et les choses.

EPOQUE

Avant Socrate, les philosophes «présocratiques» sont des philosophes de la nature. Ils s'intéressent surtout à l'analyse physique du monde. Au temps de Platon, Athènes est encore une cité à son apogée héritage du «Siècle de Périclès»). La vie culturelle se concentre autour d'Athènes, où la démocratie voit le jour. Il est nécessaire d'éduquer le peuple. Des philosophes -les sophistes - vont «enseigner» aux citoyens riches. Ils critiquent les mythologies et s'intéressent à l'homme dans la société. Pour eux, le Bien et le Vrai ne sont pas des normes absolues; ce qui compte, ce sont les besoins de l'être humain.
Face aux riches sophistes, Socrate le pauvre proclame que la connaissance ne s'enseigne pas. La vraie connaissance vient de l'intérieur et l'homme peut accéder aux vérités philosophiques s'il se sert de la raison. Sa mort. affecte Platon, qui y voit une contradiction fondamentale: la réalité de la société s'oppose à la Vérité de l'Idée, qui doit empêcher une cité de condamner à mort les hommes les plus justes.

APPORTS

Depuis plus de 2000 ans, les philosophes discutent
et critiquent les thèses de Platon. Son projet philosophique
constitue un système complet de recherche du Vrai, du Beau,
du Juste, du Bien. Il est indissociable d'un projet politique.

Le platonisme. Platon est en fait le fondateur de la métaphysique. Pour lui, notre monde n'est qu'un (pâle) reflet d'un monde supérieur où siègent les vérités éternelles telles que le Beau, le Bien ou Dieu.
Le logos. Avec Socrate, Platon est le premier à affirmer que l'homme peut connaître l'Univers en se servant de sa raison («logos» en grec), et non plus seulement en se référant aux mythes ou à la religion. La raison devient l'instrument principal de la philosophie.
Le gouvernement. Platon inaugure également la réflexion sur la vie politique, à une époque où la démocratie est encore jeune et où la pratique du pouvoir demande à être pensée.
Postérité-actualité. Platon marque les débuts de la philosophie en tant que connaissance rationnelle du monde. Dans un certain sens, on peut dire que toute la philosophie n'est, par la suite, qu'une tentative pour répondre aux questions qu'il avait posées.
Le platonisme garde toutefois un aspect mystique, ce qui lui valut d'être «adopté» par les premiers penseurs chrétiens. L'influence de Platon fut toutefois supplantée par celle de son élève Aristote, philosophe plus logique et «terre à terre», pendant tout le Moyen Age. Sa philosophie fut redécouverte par la Renaissance humaniste et on peut considérer la philosophie de Descartes comme un «retour à Platon» après des siècles d'aristotélisme.

Platon et la justice Ce n'est certainement pas par jalousie que Platon a consacré une grande partie de son oeuvre à définir l'essence de la justice. Fils d'une riche et influente famille athénienne, il aurait pu, s'il l'avait souhaité, devenir un personnage extrêmement «important».

«Phèdre» Les idées que défend Platon dans ce texte ont fait couler beaucoup d'encre. En effet, Platon affirme le primat de la parole sur l'écriture. Pourtant, il a passé sa vie à écrire. Certes, tout ce qu'il a écrit est sous forme dialoguée. Mais, en toute logique, il aurait dû, comme son maître Socrate, ne rien écrire du tout.

 

CITATION A RETENIR

« Au terme du monde intelligible est l’idée du bien [...]. C’est elle qu’il faut voir si l’on veut agir sagement, soit dans la vie privée, soit dans la vie publique. »

Il a été l'un des plus brillants élèves de Socrate. Sa pensée et celle de son maître sont liées, d’abord parce que ce que Platon nous en dit est déterminant pour notre connaissance de la pensée de Socrate, ensuite parce que la pensée de Platon est profondément marquée par le procès et la mort de son maître. Sa volonté de faire de la recherche socratique une quête de l'idée , peut être interprétée comme l’expression d’un besoin : celui de stabiliser le désir de savoir en le présentant comme l’effet d’une parenté qui unit certaines âmes douées d’un naturel philosophique avec un monde idéal , caractérisé par l’intelligibilité, l’éternité et l’égalité à soi.

Platon est donc l’auteur de la doctrine des idées. Qu’est-ce donc qu’une idée ou formel C’est, si l’on peut dire, la réponse platonicienne à la question de l’essence. L’idée d’une chose, c’est ce qui fait qu’elle est bien telle chose et non pas une autre. Ainsi le lit dans lequel je me couche a bien été fabriqué à partir d’un certain modèle idéal , lequel n’est ni en bois, ni en pierre, ni en métal. Ce modèle que l’artisan a en vue, lorsqu’il fabrique un lit, ne se confondra pas avec celui d’après lequel le même artisan fabriquera une chaise ou un tabouret. Si le lit sensible dans lequel on dort a bien été fabriqué un jour, s’il est vrai que l’usure conduira son propriétaire à s’en débarrasser, l'idée du lit selon Platon n’a, quant à elle, jamais été produite, et, ainsi, ne sera jamais détruite.

L’idée n’est pas soumise aux fluctuations du devenir, elle est éternelle, unique, toujours égale à elle-même, elle est d’abord un objet pour la pensée. Sans les idées -modèles intelligibles du monde sensible - il n’y aurait pas de monde sensible, car celui-ci serait voué à la destruction. Pour Platon, il y a bien des idées (ou formes intelligibles) des réalités sensibles - qu’elles soient produites par l’artisan, comme le lit, ou par la nature -, comme les êtres vivants, mais aussi des réalités plus abstraites, les entités mathématiques, telles les nombres ou les figures géométriques, cercle ou triangle ; il y a enfin au sommet de ce monde des idées, comme lui conférant son ordre et son unité, l’idée la plus désirée et la plus intelligible, mais aussi la plus inaccessible pour des êtres englués dans le monde sensible et soumis au temps : l’idée du beau. Platon donne diverses démonstrations de l’existence des idées. On peut dégager trois types de démonstrations (cf. L. Brisson, dans l’introduction à sa récente traduction du Timée).

- D’abord, par la présence de propriétés opposées dans des choses singulières. Par exemple, lorsqu’on dit que Simmias est plus grand que Socrate et plus petit que Phédon (Phédon 102b-103a), ou que telle réalité est une et multiple sous différents aspects (Parménide 128e-130a), ces réalités singulières sont bien le siège de propriétés opposées. Or, pour Platon, seule l'hypothèse de l’existence des formes ou idées permet de rendre compte de cette possibilité.

- Ensuite, la possibilité de la connaissance s’appuie sur la distinction entre l’opinion et la science, laquelle implique de supposer qu’il y a des idées (République 476d-479e).

- Enfin, par la « réduction à l’unité » : comment comprendre, sans l'hypothèse des formes, le fait que plusieurs réalités singulières (par exemple, un beau tableau, une belle femme, etc.) aient en partage une même propriété (la beauté) ?

Cette théorie des idées repose sur l’opposition entre monde sensible et monde intelligible. Cette coupure entre le réel tel qu’il nous apparaît et le réel tel qu’il est, sera déterminante pour toute la suite de l’histoire de la philosophie. Elle témoigne des contradictions de la sensation et des insuffisances de la connaissance qui voudraient s’en tenir à ce qui est senti ou ressenti. Il s’agit en fait pour Platon de défendre le véritable savoir qui est stable contre les prétentions de l'opinion qui est changeante et instable. Elle permet aussi de comprendre le sens de cette doctrine étrange pour nous, à savoir que tout savoir est en fait une remémoration.

C’est la théorie de la réminiscence ou de la remontée du savoir par le souvenir. Cette doctrine a, au moins dans l’exposé que Platon en donne dans Ménon, comme point de départ un paradoxe : comment peut-on chercher ce qu’on ne connaît pas ? Pour rendre raison du fait que l’âme puisse, à partir d’elle-même acquérir des connaissances en mathématique ou en philosophie, connaissances qui n’ont pas pu avoir été tirées de l’expérience ou de l’enseignement d’autrui, Platon avance l’idée qu’elle n’a pas appris ces connaissances dans cette vie, mais dans une existence antérieure où, séparée du corps, elle a pu contempler le monde des idées. A la naissance, c’est-à-dire lorsque l’âme s’est jointe à un corps, l’âme oublie entièrement ce qu'elle savait depuis toujours. Le travail de la philosophie consiste, alors, à retrouver ce savoir perdu en essayant de se le remémorer.

Textes importants de Platon

- Sur la doctrine des idées, Phédon (102b-103a) ; République (V 476d-479e) ; République (VII 522e-525c) : Parménide (128e-130a).

- Sur la distinction du monde sensible et du monde intelligible : l’analogie avec le soleil, République (VI 5ü6c-509d) et le sectionnement de la ligne, République (VI 509d-511e) ; l’allégorie de la caverne, République (VII 514a-520e).

- Sur la théorie de la réminiscence, Ménon (79e-86a).



PLATON : 428-347 av. J.-C. Philosophe grec. Né à Athènes dans une famille aristocratique, il fut pendant dix-huit ans l'élève de Socrate. Après la mort de son maître (399), il voyagea en Grèce, en Égypte, en Italie, et en Sicile. En 387, il revint à Athènes et y fonda l'école de l'Académie. Il retourna en 367 et 361 à Syracuse où il espérait convaincre le tyran Denys d'appliquer ses vues politiques, mais en vain. Platon pose une relation rationnelle entre le cosmos, la cité et l'âme, qui doivent être réglées par la justice. Cette justice ne peut être saisie complètement que dans sa relation à l'Idée de Bien, principe suprême de l'ordre et de la vérité, et auquel se rattachent les autres Idées. Ces Idées sont les archétypes immuables de tous les phénomènes temporels et elles seules sont totalement réelles, les objets d'ici-bas n'étant que leurs ombres (cf. le mythe de la caverne). Elles constituent ainsi le seul fondement des valeurs éthiques et de la connaissance vraie. Platon est né à Athènes. Sa famille appartient à l'aristocratie et compte des figures célèbres mêlées à la vie politique de la Cité. La jeunesse de Platon est imprégnée des crises qui secouent l'Athènes d'alors, où l'impuissance du gouvernement démocratique conduit à la parenthèse de la tyrannie des Trente, puis au rétablissement d'une démocratie affaiblie. En dépit de telles discordes, le jeune athénien reçoit l'éducation soignée qui sied à son rang. En 408 av. J.-C., il rencontre son maître et inspirateur Socrate, qu'il ne cessera de fréquenter jusqu'à la mort de ce dernier (339 av. J.-C.). L'œuvre de Platon se construit donc sur un sol dramatique qui commence avec l'expérience d'un désordre politique et moral, qu'atteste le spectacle scandaleux d'une cité qui accuse et met à mort le plus juste de ses citoyens : Socrate. Platon ne cessera de méditer cette injustice mise en scène dans l'Apologie de Socrate, le Phédon et le Criton. Aux échecs répétés de ses efforts pour construire une cité juste, à la cour de Denys de Syracuse en Sicile, s'oppose les succès de son école, fondée en 387 av. J.-C. : l'Académie. Elle met à l'honneur l'enseignement que pratiquait Socrate lui-même par le dialogue, style cher à Platon jusque dans ses écrits. Les dialogues platoniciens ne mettent jamais en scène Platon lui-même, mais ils ont pour figures centrales le philosophe, le plus souvent Socrate, entouré de personnages divers : sophistes, rhéteurs, jeunes nobles d'Athènes, hommes politiques, ou poètes. Le philosophe, parmi eux, met à l'épreuve leurs savoirs et en dénonce les prétentions. Car, avant de savoir si l'on sait véritablement quelque chose, il faut savoir qu'on ne sait rien, et pour cela dissiper toutes nos illusions. Ainsi, le philosophe se définit comme celui qui accouche les esprits de la vérité (aléthéia), celui qui pratique ce que le Théétète nomme " la maïeutique ". Le sage accouche de la pensée, il critique les opinions pour révéler que les choses ne sont pas ce qu'elles paraissent, mais ont une réalité supérieure. Platon établit dans ses plus grands dialogues, comme la République, le Phèdre ou le Sophiste, la distinction entre l'intelligible et le sensible. Les Idées et le devenir établissent deux ordres de réalités qui se dévoilent à deux sortes de connaissances : la science (épistémè) et l'opinion (doxa). Déçue par l'instabilité des choses extérieures et l'incertitude de l'opinion, l'âme (psyché), qui a faim de vérité, se détourne du monde des choses sensibles et découvre celui des Idées (idea, eïdos) comme la patrie perdue dont elle est issue. Toute pensée véritable devient ainsi l'expérience de cette mémoire oubliée, puis redécouverte, grâce à un processus de connaissance qui cherche à s'élever des choses sensibles aux objets mathématiques, puis des objets mathématiques aux Idées. Le célèbre Mythe de la Caverne du livre VII de la République illustre ce mouvement de la connaissance en présentant l'itinéraire de celui qui parvient à se libérer de l'illusion, et à découvrir la vérité des choses. Apprendre, comme dit le Ménon, c'est se ressouvenir : la réminiscence nous rend ce que l'existence incarnée nous a fait oublier. Les Idées, qui donnent sens et consistance à notre monde sensible en lui apportant ses qualités ontologiques, ne constituent pas pour Platon une évidence première : elles dessinent plutôt cette origine perdue et regrettée que l'âme vise et désire à travers un itinéraire spirituel qui la conduit de l'ici-bas faussement réel à la pleine vérité de l'intelligible. Cet itinéraire qui permet d'atteindre l'Idée est ce que Platon appelle la " dialectique ". Celle-ci a un double versant : elle est dite ascendante lorsque, remontant d'hypothèses en hypothèses, elle permet d'atteindre l'Idée de Bien qui est anhypothétique ; et elle est dite descendante lorsque, à partir de cet anhypothétique, elle ressaisit l'unité de l'Idée et la diversité du sensible. Parallèlement à cette théorie de la connaissance, Platon établit une philosophie politique qui cherche à définir la cité juste. La République décrit cette cité idéale en distinguant trois castes d'hommes : l'ordre des dominants, l'ordre des gardiens, et l'ordre des producteurs (artisans et commerçants). Ces trois castes sont en adéquation avec la distinction platonicienne des trois parties de l'âme : la raison, le courage et l'appétit. Elles instaurent une hiérachie sociale dont le sommet est le philosophe-roi, qui est le seul habilité à bien gouverner la cité. Le Politique poursuivra ces développements en accentuant le rôle des lois, thème qui fera l'objet de son dernier dialogue.