Pour approfondir:

  1. Le langage

Plotin de Lyeopolis Philosophe grec. Vers 205-269/270. Il est le premier grand représentant du néoplatonisme.

La pensée de Plotin est une recherche à la fois du salut
et de la vérité. Elle reprend la philosophie de Platon
 en y intégrant certaines conceptions aristotéliciennes
et stoïciennes. Elle influencera considérablement le monde
païen, la philosophie arabe, ainsi que la spiritualité chrétienne.

VIE

On ne connaît pas grand-chose de la vie de Plotin. Elle sera vouée à la philosophie et à la contemplation. Elle se situera au point de rencontre de la culture grecque, de la civilisation romaine, des croyances orientales et de la religion chrétienne.

Cosmopolite
probablement issu d'une famille romaine, Plotin a dû naître à Lycopolis en 205. Cette ville d'Égypte, qui, à l'époque, était une province romaine, est l'actuelle Assiout.
- Il effectue une campagne militaire en Perse.
A vingt-huit ans, il se Consacre à la philosophie, étudiant auprès d'Ammonios de Saccas les textes de Platon.
- Cette période durera onze ans.

Un philosophe protégé par
l'empereur
- En 247, il s'installe à Rome et y fonde une école.
- Il est le protégé de l'empereur Gallien. Ce dernier, inquiété par la décadence des moeurs, veut faire de Plotin un philosophe officiel chargé de rétablir des valeurs morales et philosophiques.
- Végétarien, Plotin s'adonne à l'ascèse dans le but de s'unir à Dieu.
- Cet ascétisme excessif aura raison de sa santé.
- Atteint de plusieurs ulcères, il mourra dans une ville de Campanie.

OEUVRES

Plotin s'est mis à écrire tardivement. Il a confié à son disciple
Porphyre le soin de conserver et faire connaître ses écrits,
composés de 54 morceaux. Ce dernier les a classés en six
groupes de neuf textes qui constituent les Ennéades.

Première Ennéade
Vertu, bonheur, beauté se situent dans la vie intellective. L'âme doit se libérer du corps afin de pouvoir s'élever jusqu'à Dieu. Le moteur de cette élévation est l'amour, c'est-à-dire le désir du bien.

Deuxième Ennéade
Elle concerne le cosmos, les corps et la matière. Le ciel est de nature divine. Le mal est la matière sensible. Aussi, ce n'est qu'en se tournant vers l'Intellect, c'est-à-dire en se détournant du corps, que l'âme peut se purifier.

Troisième Ennéade
Elle traite plus particulièrement de la Providence, du temps et de l'éternité. La causalité des actes de l'âme ne dépend ni du hasard, ni du destin. Lorsque l'âme prend la raison comme guide, qu'elle n'est attachée à aucun corps, elle est libre. La Providence existe. L'univers est conforme à l'Intellect. Il est beau et éternel. Plotin croit en la métensomatose: l'âme passe de corps en corps. Elle est à la fois temporelle et éternelle. Le temps cesse d'exister quand l'âme s'attache à l'intelligible, quand elle s'unit à l'Un.

Quatrième Ennéade
Il y est essentiellement question de l'âme. L'homme se caractérise par son âme raisonnable, intellective. L'âme supérieure, divine, est l'opposé de l'âme sensitive, qui, avec le corps, définit l'animal. L'âme est indivisible quand elle n'est pas associée au corps. Ici-bas, c'est-à-dire incarnée, elle est divisible.

Cinquième Ennéade
Plotin, s'inspirant de Platon, distingue l'Un, l'Intellect, et l'âme. L'Un est le bien qui se situe au-delà de l'être et de la pensée. L'Intellect est le créateur grâce auquel existent tous les êtres. L'âme, qui comporte une partie divine, laquelle provient de l'Intellect donc, est à la fois l'Un et le multiple. L'âme particulière peut contempler l'Un en découvrant que le divin est en elle.

Sixième Ennéade
Plotin s'en prend à certaines conceptions aristotéliciennes et stoïciennes. Si l'on veut découvrir la vérité, affirme-t-il, il faut suivre Platon. La quête du Bien aboutit à l'union de l'âme à l'Un. Pour atteindre ce but, l'âme doit se fixer dans l'intelligible, grâce à la purification et aux vertus.

APPORTS

La philosophie de Plotin est à la fois une interprétation
originale de la pensée de Platon et une création à part
entière. Quiconque s'intéresse à la pensée philosophique
du Moyen Age ne peut ignorer l'oeuvre de Plotin.

Un contemplatif qui ignore les croyances orientales
Plotin, de par ses origines, aurait très bien pu se laisser influencer par la religion orientale et ses mystères. Il n'en est rien. Esprit profondément contemplatif, Plotin n'en est pas moins un véritable philosophe. Tout son système se fonde sur la foi en la raison. Sa volonté de concilier le platonisme, une partie de l'héritage aristotélicien et stoïcien, avec un mysticisme ardent, va contribuer à la formation de la pensée arabo-islamique, ainsi que de la philosophie médiévale. Le néoplatonisme naît avec Plotin Plotin est à l'origine de ce qu'on appelle le néoplatonisme. Ce courant repose sur l'idée que l'oeuvre la plus importante de Platon est le Parménide: Parménide fut le premier penseur grec à nommer l'Être, c'est-à-dire l'Un.
Postérité/actualité
Pendant longtemps, le Moyen Age fut déconsidéré. Cette période était tenue pour obscurantiste. C'était la période des alchimistes et des sorcières. L'érudition moderne a corrigé cette idée . Le regain pour les études médiévales fait de Plotin un philosophe d'une grande importance. Sa pensée inspirera Scot Erigène et Jamblique. A la Renaissance, elle influencera Pléthon et Marsile Ficin.

Néo-platonisme Ensemble de doctrines qui se sont inspirées de la philosophie de Platon, et qui tiennent compte, parfois, de la doctrine chrétienne. Les principaux philosophes néo-platoniciens sont Plotin 1205-270) et Proclus (412-485. Pour Plotin, la beauté est l'un des attributs de Dieu, et donc du bien absolu.