La psychanalyse comme pseudo-science : Karl Popper

Cette hypersémantisation fait de la psychanalyse un système herméneutique, ou interprétatif, qui en tant que tel apparaît « infalsifiable» c’est-à-dire irréfutable. Et c'est précisément cette irréfutabilité qui, selon K. Popper, relègue la psychanalyse au rang de pseudo-science, au même titre que, par exemple, l'astrologie.

Pour Karl Popper, en effet, une théorie scientifique ne peut jamais être vérifiée (c'est- à-dire qu'on ne peut jamais dire qu'elle est absolument vraie), mais seulement « falsifiée», c’est-à-dire réfutée (on peut dire, en se fondant sur tel(s) fait(s), que telle théorie est démontrée fausse, tandis que telle autre ne l'est pas et peut donc être (provisoirement) acceptée, jusqu’à ce que de nouveaux faits l'infirment). Une théorie véritablement scientifique doit donc énoncer les conditions dans lesquelles elle devrait être tenue pour fausse. Or la psychanalyse est incapable d’énoncer ces conditions: elle sera au contraire toujours apte à interpréter n’importe quel fait comme la justifiant : même des faits parfaitement contradictoires seront toujours susceptibles de la confirmer.

Dans ces conditions, la doctrine freudienne de l'inconscient non seulement ne saurait être certaine, mais encore ne doit être considérée que comme une théorie non scientifique, une simple mythologie.