Postmoderne
Terme qui tire son origine d'un débat qui opposa dans les années 1960 les architectes constructivistes et modernistes, héritiers du Bauhaus (une école d'architecture et de design fondée par l'allemand Walter Gropius en 1919, désireuse d'établir un trait d'union entre l'art et la vie matérielle des sociétés modernes) comme Mies van der Rohe ou Le Corbusier, et une nouvelle génération représentée notamment par Charles Moore et Robert Venturi. Ces derniers entendaient réagir à l'austère fonctionnalité de leurs aînés et prônèrent un style plus ouvert aux éléments décoratifs. C'est un critique d'architecture, Charles Jencks, qui utilisa sans doute pour la première fois le terme « postmoderne » dans ce contexte, dans un ouvrage publié en 1978 intitulé L'Architecture postmoderne. L'année suivante, en 1979, le philosophe français Jean-François Lyotard publie La Condition postmoderne, définissant celle-ci comme la défiance à l'égard de tous les « grands récits », autrement dit de tous les grands systèmes philosophiques classiques ou idéologiques tendant à donner une image cohérente et complète du réel.