Retour à l'index du dictionnaire de philosophiePragmatisme. Philosophie développée par William James (deuxième moitié du me siècle) qui fait de l'utilité pratique le seul critère du vrai. Est vrai, en somme, ce qui réussit.

PRAGMATISME. n. m. (du grec pragma, « action». Voir aussi praxis). (sens courant) Attitude qui consiste à régler les problèmes directement, par l'action et l'adaptation aux situations concrètes, et non pas à partir d'idées préconçues ou d'analyses théoriques. L'individu pragmatique met la pratique au-dessus de tout ; il cherche ce qui résout immédiatement le problème, en tâtonnant éventuellement, en s'aidant du bon sens. L'attitude pragmatique cherche ce qui est opérationnel, utilitaire, efficace, sans se soucier de principes préétablis. Voir Empirique.
N.B. Le pragmatisme est aussi une doctrine philosophique, élaborée par W. James (1842-1910), selon laquelle la valeur d'une idée, sa « vérité », dépend uniquement de son efficacité pratique, de son utilité lorsqu'on l'expérimente. N'est vrai que ce qui réussit ; n'est valable que ce qui est socialement utile. On voit le rapport avec le sens courant. Mais si l'attitude pragmatique se justifie dans certains cas, le pragmatisme comme théorie paraît bien éloigné de toute raison philosophique.


Pragmatisme, pragmatique
Au sens courant, conception ou attitude qui considère l'efficacité pratique comme règle suprême de nos actions. Doctrine philosophique qui assimile la vérité à la réussite de l'action ou à l'utilité de celle-ci. William James, Charles Sanders Peirce ou plus récemment Richard Rorty ont défendu des formes diverses de pragmatisme philosophique.