Retour à l'index du dictionnaire de philosophieREPRÉSENTATION. n. f (du latin repraesentare, «rendre présent »). Sens général : • Action de rendre présent, de rendre sensible aux yeux ou à l'esprit de quelqu'un un objet absent, un concept, une réalité, au moyen d'une image, d'un signe, d'un symbole, etc. Écrire, peindre, parler, c'est représenter. Le fait de se représenter un souvenir, de se figurer une scène, de fantasmer, c'est produire une « représentation » pour soi-même. L'étymologie de ce mot (« rendre présent ») est la clef de sa signification.
· Contenu de ce que l'on représente, ou de ce que l'on se représente. En particulier, le mot représentation désigne, en psychologie, toutes les images, les idées figurées, les fantasmes, les rêves ou les pensées qui traversent le champ de conscience du sujet. On précise parfois représentation mentale.
· Objet qui représente, production artistique qui rend présents à nos yeux (ou à notre pensée) la réalité ou le phénomène représenté. En ce sens, la représentation peut être un simple signe, un symbole, un schéma, un tableau, une description littéraire, une oeuvre (un roman qui se veut la représentation réaliste d'un milieu social, par exemple), et en particulier, un ouvrage dramatique joué sur scène. Si l'on parle de «représentation théâtrale », c'est précisément parce que le jeu dramatique rend présentes aux yeux du public les scènes, les émotions, les personnes qui constituent le contenu de la pièce. Notons qu'il y a là deux niveaux de «représentation » : 1° Cette pièce elle-même représente une certaine image du monde élaborée par l'auteur ; 2° Le fait de jouer cette pièce (qui n'est qu'un texte) représente (au deuxième degré) son contenu sous le regard des spectateurs. C'est dans ce second sens, bien sûr, qu'on parle des diverses représentations d'un ouvrage dramatique.


Représentation
Activité de l'esprit rendant présentes à lui-même des images mentales d'objets perçus ou visés ; ou résultat de cette activité.