« Malheur à qui n'a plus rien à désirer. » Rousseau, La Nouvelle Héloïse (1761).


· Contre l'ascétisme des philosophies rationalistes, Rousseau fait dire à Julie (le personnage de son roman) la beauté et la force du désir amoureux: le désir est paradoxal, car d'un côté il consiste à tendre vers un but, mais de l'autre, il se suffit à lui-même. En effet, celui qui accomplit son désir connaît en même temps que la satisfaction une sorte de déception.
· L'affirmation de Julie («Malheur à qui... ») est radicale: pour elle, le vrai bonheur consiste dans le désir lui-même, qui est une forme d'intensification de la vie. Ne rien désirer, ce n'est pas la sagesse, c'est la mort.