Retour à l'index du dictionnaire de philosophieSACRE

Théologie. 1) Qui inspire un respect religieux.
Sociologie. 2) Qui est séparé des choses et êtres ordinaires (dits profanes) par un système d'interdits: "Les choses sacrées sont celles que les interdits protègent et isolent" (Durkheim).
morale. 3) Respectable, inviolable: "Les droits sacrés de la personne humaine".

Sacré Ce qui incarne le mystère et l'inconnaissable, lesquels doivent être révérés comme tels.

Sacré Ce qui est, à la fois objet de respect religieux, de quasi-crainte et d'amour.

Sacré Du latin sacrare, lui-même de sancire, «sacraliser, sanctifier». S'oppose à «profane», du latin pro-fanum, c'est-à-dire ce qui est (ce qui se passe) «devant le temple». Tout ce qui concerne le sacré est transcendant. Le profane laisse l'homme libre d'agir et de penser comme il l'entend.

Sacrement Acte sacré destiné à la sanctification des hommes. Pour Simone Weil, la beauté du monde est comme un sacrement parce qu'elle permet aux hommes de devenir saints en découvrant Dieu.

SACRÉ. adj. et n. Le sacré, c'est tout ce qui est considéré comme mystérieux, surnaturel, saint ou divin ; tout ce qui se rapporte aux cérémonies religieuses, aux sacrements, aux objets du culte, à la liturgie ; bref tout ce qui mérite une vénération ou une révérence religieuse. Dans ce premier sens, les mots religieux et sacré sont voisins et s'opposent au mot profane. On parle de respect sacro-saint (parfois ironiquement).
Par extension, le sacré s'étend à tout ce que, hors de la religion, dans le monde dit profane, on considère comme digne d'un respect absolu. Les droits de l'homme sont sacrés. L 'amour sacré de la Patrie. Dans ce second sens, le mot peut s'affaiblir en prenant trop d'extension : voir le verbe sacraliser. Un certain nombre de désacralisations s'imposent si I 'on veut restituer au sacré sa valeur originelle.
N.B. Noter la valeur injurieuse du terme employé par antiphrase (« Sacré nom de Dieu ! »).