Retour à l'index du dictionnaire de philosophieSCEPTICISME (gr. skeptikos, qui observe, réfléchit)

Au sens large, toute doctrine d'après laquelle aucune vérité définitive ni Absolue ne peut être atteinte avec certitude. Opposé à  dogmatisme. C'est en ce sens qu'on qualifie de scepticisme, en Angleterre, la philosophie de Hume, suivant laquelle « tous nos raisonnements touchant les causes et les effets n'ont d'autres causes que la coutume ». Il convient cependant de réserver plutôt ce terme, dans son acception radicale, à  la doctrine de Pyrrhon qui conçoit le doute comme une fin en soi et conclut à  la nécessité de suspendre son jugement (épochè) pour gagner en sagesse (ataraxie) et ne pas se laisser troubler par le vain désir d'énoncer catégoriquement la vérité. Cette doctrine réduisant l'Être au paraître, et le vrai au vraisemblable, a souvent été rapprochée du relativisme sophiste, bien qu'elle puisse se définir, en sa finalité, comme une sagesse.

Scepticisme Doctrine selon laquelle on ne peut affirmer aucune vérité. Le scepticisme peut inciter à relativiser la vérité (il n'y a pas une vérité absolue, mais des vérités partielles).

Scepticisme Doctrine de ceux qui considèrent que l'homme ne peut parvenir à la certitude dans aucun domaine. On lui reproche d'être la plus facile des philosophies et d'être une forme de paresse.

Scepticisme Chez Hume, il ne s'agit pas de tout mettre en doute, y compris le moi qui pense. Le doute permet de faire clairement la différence entre une connaissance vraie et une simple croyance.

Scepticisme Doctrine selon laquelle aucune vérité ne peut être établie avec certitude.

Du grec skeptomai, «examiner». L'attitude sceptique, en son sens initial et philosophique, conduit à examiner ce que nous croyons être des certitudes. Cet examen aboutit à relativiser nos connaissances. Celles-ci ne peuvent pas dépasser le cadre des phénomènes. Cette manière de concevoir le scepticisme n'est pas à confondre avec celle d'un Arcelisas de Pitane (IIIe siècle av. J.-C.), qui, de façon parfaitement dogmatique, soutient que l'on ne peut rien connaître du tout.

SCEPTICISME. n. m. (du grec skepticos, «qui examine, qui observe »).
1° Sens philosophique : doctrine selon laquelle l'esprit humain ne peut parvenir à aucune vérité générale; tout pouvant être mis en doute, il faut s'abstenir de juger. Le scepticisme peut être relatif (ne porter que sur certains sujets, — c'est le cas des agnostiques à propos de l'existence de Dieu ; ou n'être qu'une phase provisoire de la démarche philosophique, — c'est le cas du «doute méthodique» de Descartes par exemple). Mais il est en principe absolu, niant toute possibilité de certitude (voir Pyrrhonisme); dans ce cas, il peut déboucher sur le nihilisme (en morale comme en politique).
2° Sens courant : attitude d'incrédulité et de défiance, soit à l'égard des opinions reçues, des valeurs admises, soit à l'égard d'informations ou d'entreprises précises. Votre projet me laisse dans un profond scepticisme.
On emploie l'adjectif et le nom sceptique dans des sens identiques. Le sceptique est celui qui professe le scepticisme total ou partiel (sens n° 1) ou celui qui met en doute ce qu'on lui apprend ou qu'on lui propose. Le mot sceptique désigne précisément, dans certains cas, l'incroyant en matière religieuse.


N.B. Ne pas confondre avec septique («qui fait pourrir» ; voir le mot aseptiser et ses racines).

Scepticisme
Doute sur nos capacités d'atteindre la vérité qui conduit en général à une suspension définitive de nos jugements.