Pour approfondir:

  1. XXX


La philosophie de Schopenhauer marque un tournant
dans l'histoire des idées. Elle annonce Nietzsche (1844-1900) et,
dans un certain sens, ouvre des voies que Freud (1856-1939)
explorera en profondeur. Pour Schopenhauer, le monde n'est
qu'un théâtre et la volonté des individus n'est qu'une illusion.

VIE

Schopenhauer devra attendre la fin de sa vie pour connaître la consécration. Victime de la gloire d'Hegel, contre qui il avait décidé de lutter, il mit très rapidement fin à sa carrière universitaire.

La carrière universitaire
- Arthur Schopenhauer naît en 1788 à Dantzig. Son père, négociant fortuné aux idées libérales, le destine au commerce.
- A la mort de son père, en 4805, Schopenhauer entreprend des études universitaires à Göttingen puis à Berlin.
-1813: Il rédige sa thèse, «De la quadruple racine du principe de raison suffisante».
- 1816: Schopenhauer fait la connaissance de Goethe. Celui-ci le caricature dans son Faust sous les traits du «bachelier».
- 1820: enseignant à l'université de Berlin, ses cours n'ont aucun succès, pas plus que ses écrits.

Le célibataire oisif
- De 1820 à 1833, il mène une existence oisive. Célibataire, ses rentes lui permettent de vivre confortablement.
- De 1833 à sa mort (1860), il vit à Francfort. Il consacrera ces années à reprendre les points essentiels de sa philosophie.
- Ce n'est qu'à partir de 1850, alors qu'il est âgé de 62 ans, que l'on commencera à parler de son oeuvre. Celle-ci influence notamment les conceptions esthétiques du compositeur Richard Wagner.

OEUVRES


La quadruple racine du principe de raison suffisante (1813)
La thèse de Schopenhauer montre que la raison qui se suffit à elle-même se fonde sur quatre principes: 1. Principe du devenir. 2. Principe de connaissance.
3. Principe de raison d'être.
4. Principe de motivation (le vouloir).

Le Monde comme volonté et comme représentation (1818)
C'est l'ouvrage majeur de Schopenhauer. Tout ce qu'il écrira ultérieurement ne fera que préciser et confirmer les idées développées dans ce livre. Le titre est l'exact reflet du contenu de l'oeuvre: 1 «Le monde comme volonté »: la vie, même organique, est «vouloir-vivre». L'intellect de l'homme donne à ce «vouloir-vivre» des motifs. Ces motifs ne sont qu'une pure illusion: en effet, nous croyons agir en fonction de nos propres intérêts, mais ce ne sont pas eux que nous servons, ce sont ceux de l'espèce. C'est pourquoi la vie est une éternelle souffrance: les buts que nous visons en tant qu'homme sont vains. Nous ne décidons jamais. Le «vouloir-vivre» nous dirige. On peut s'en affranchir par la contemplation des idées, la jouissance que nous apporte l'art (lequel est gratuit, ne vise rien d'autre que la satisfaction esthétique), ou bien encore par le suicide. 2. «Le monde comme représentation: tout ce que nous connaissons du monde n'est qu'une représentation. C'est pourquoi Schopenhauer pense que la réalité n'est qu'un pur théâtre. (Ne parle-t-on pas, à propos d'un spectacle, de «représentation»?)

Parerga et paralipomena (1851)
Le titre de cet ouvrage signifie: «suppléments et omissions». Il est constitué de réflexions sur l'histoire de la philosophie, sur la morale, etc. Pour Schopenhauer, la morale est fondée sur la pitié. Vivre heureux, c'est se maintenir éloigné de la douleur et de l'ennui. L'homme sage cultive la santé, la gaieté, l'art, la richesse intérieure et la solitude. Il fuit par contre les femmes, la famille et la société des imbéciles.

EPOQUE

Philosophe universitaire
Kant est le premier grand penseur qui identifie la philosophie à l'enseignement de la philosophie au sein 'de l'université. Hegel sera le second. Sa gloire portera ombrage à Schopenhauer. La vie de Schopenhauer -et son pessimisme philosophique - seront marqués par son échec en tant que professeur et par le fait que le monde universitaire ignorera ses travaux.

Le pessimisme politique et philosophique
L'échec de la révolution de 1848 en Allemagne a d'heureuses répercussions sur le destin du philosophe. Cet échec est aussi celui des hégéliens. C'est une des raisons du succès que rencontrera en 1851 le livre de Schopenhauer Parerga et paralipomena. Son antirationalisme s'oppose à l'optimisme des rationalistes kantiens ou hégéliens, qui croient à la toute-puissance de la raison. Pour Schopenhauer, l'homme est dominé par une volonté libre, aveugle et irrationnelle.

APPORTS

Schopenhauer introduit dans sa philosophie des idées
qui seront développées plus tard. Sa réflexion anticipe
des découvertes scientifiques et philosophiques
comme le darwinisme et le freudisme.

Une philosophie qui va à l'encontre du rationalisme de Descartes. Schopenhauer va montrer que la conscience n'est pas, comme le pensait Descartes, l'essence de l'homme. Elle ne prouve pas son existence. Au contraire, elle n'est que le jouet d'une force qui la dirige. le «vouloir-vivre». En analysant ce «vouloir-vivre», Schopenhauer entre dans des domaines de la pensée que le cartésianisme a plus ou moins volontairement ignorés, domaines profonds, obscurs, qui échappent à la conscience, à la volonté.
Une philosophie du déterminisme biologique. Avant Nietzsche, Freud, mais aussi avant Darwin (Charles Darwin fait paraître De l'origine des espèces par voie de sélection naturelle en 1859, c'est-à-dire un an avant la mort de Schopenhauer), bien avant également la naissance de la biologie moléculaire, Schopenhauer est l'un des premiers penseurs à considérer que l'homme, sa pensée, son action sont en partie déterminés par des processus qui gouvernent le vivant en général.
Postérité-actualité. L'oeuvre de Schopenhauer n'est pas, encore aujourd'hui, reconnue à sa juste valeur. Cela ne l'empêche pas de conserver tout son intérêt, surtout si on la lit à la lumière des découvertes freudiennes, des connaissances acquises dans les divers domaines de la biologie.