Retour à l'index du dictionnaire de philosophieSCIENCE (lat. scientia, savoir, science)

Gén. Chez les Grecs, epistémè (science) s'oppose d'abord à  doxa (opinion) : elle est la connaissance universelle et nécessaire reposant sur des principes théoriques. Elle se distingue en outre de la technè (technique, savoir pratique) : elle est connaissance théorique et désintéressée. Cependant, la séparation des domaines de la science et de la technique ne se vérifie guère aujourd'hui. En effet, la technique est plutôt, pour nous, application des connaissances scientifiques qui, elles-mêmes, progressent grâce à  son développement : ainsi, le microscope électronique a permis, entre autres, un essor considérable de la virologie. Au sens contemporain, science et technique se conjuguent plus qu'elles ne s'opposent.
Epist. Connaissance discursive établissant des rapports nécessaires entre les objets d'un langage (sciences formelles, logique), entre les phénomènes physiques (sciences physiques), autorisant dans ce cas la prévision, ou entre les faits humains (sciences humaines).

Sciences de la nature
Sciences qui ont pour objet la nature (physique, biologie, par exemple), par opposition aux sciences de l'homme ou sciences humaines, qui ont été appelées (précisément pour les distinguer de celles qui avaient pour objet la nature) « sciences morales » (Mill), « sciences de l'esprit » (Dilthey) ou « sciences de la culture » (Rickert).
 

Sciences cognitives

L'objectif général des sciences cognitives est de fournir une explication essentiellement naturaliste et causale des phénomènes mentaux. Les sciences cognitives étudient la façon selon laquelle l'information est générée et circule à partir des niveaux physiques et sensoriels périphériques (par exemple le traitement rétinien du signal optique) vers des niveaux symboliques et centraux (par exemple les jugements et les inférences, les modes de raisonnement, les évaluations esthétiques). Elles portent donc sur l'étude de l'intelligence humaine ou animale à partir de son substrat biologique et de ses relations aux émotions, jusqu'à sa structure formelle et mathématique et ses expressions linguistiques, psychologiques ou sociales.

Sciences de la culture
Sciences qui ont pour objet la culture (par opposition à la nature) sous ses différents aspects. Un des synonymes de « sciences humaines ».
 

Sciences humaines
Sciences qui ont pour objet l'homme. Voir : sciences de la nature. La question de savoir ce qui distingue, quant à leur type de scientificité, les sciences humaines et les sciences de la nature est le principal problème de l'épistémologie de ces disciplines ( histoire, anthropologie, psychologie, sociologie, linguistique). On les désigne aussi, de plus en plus, du moins certaines d'entre elles, comme des « sciences sociales ».