Retour à l'index du dictionnaire de philosophieSENSIBILITE

Gén. Il faut bien distinguer le sens strictement physiologique selon lequel la sensibilité désigne la capacité de l'organisme à  réagir d'une manière déterminée à  des excitations, du sens usuel du terme signifiant la capacité à  s'émouvoir facilement, et surtout du sens philosophique du mot, utilisé, afin d'éviter toute équivoque, pour désigner notre capacité à  recevoir des impressions par opposition à  l'entendement qui les comprend.
Crit. Ainsi, Kant caractérise d'abord la sensibilité par sa passivité, c.à -d. sa réceptivité, et par le fait qu'elle fournit à  l'entendement le « divers sensible » qu'il va ordonner et lier par ses concepts. Alors que l'entendement est la faculté des règles, la sensibilité est selon Kant la faculté des intuitions par laquelle des choses nous sont données. On peut d'ailleurs aussi bien traduire dans l'oeuvre de Kant Sinnlichkeit, qui est rendu en français par sensibilité, par sensation et intuition sensible.

Aptitude générale à sentir ou à réagir, que ce soit au niveau physique ou psychique. En particulier, au sens courant, affectivité, capacité à s'émouvoir facilement. Ce mot est surtout intéressant à comparer avec les autres mots du même champ lexical, pour mieux en comprendre les emplois et pour éviter les confusions dues à sa polysémie. Voir le mot Sens. On peut en particulier distinguer :
· Sensibilité et sensation. La sensation n'est que l'impression physique, perçue par notre sensibilité corporelle. La sensibilité inclut donc la sensation, mais la dépasse largement (en intégrant les émotions du coeur, les « états » d'âme, etc.). Notons que le mot sensation peut être pris au sens figuré pour désigner une vive impression morale (cf. l'expression «faire sensation» et le goût du «sensationnel »).
· Sensibilité et sentiment. Qu'il s'agisse d'émotions affectives ou esthétiques, la sensibilité suppose une certaine variabilité, en fonction des objets ou des personnes qui l'émeuvent. Le sentiment, quant à lui, suppose un état affectif durable, une disposition psychique relativement organisée qui peut chercher à s'entretenir elle-même. Ainsi, le sentiment comprend la sensibilité, le coeur, mais il la dépasse et la structure en lui donnant constance.
N.B. La sensiblerie est une sensibilité exagérée, ridiculement émotive.