Retour à l'index du dictionnaire de philosophieSOLIPSISME (lat. solus, seul; ipse, soi-même)

Étymologiquement, solipsisme signifie : seul moi-même (du latin solus « seul » et ipse « même »). Le solipsisme est une conception philosophique selon laquelle il n'y aurait pour le sujet pensant d'autre réalité que lui-même. C'est, en particulier, la conséquence de l'idéalisme subjectif : si le monde se réduit à mes sensations et à mes idées, moi seul j'existe.


Terme polémique employé à  l'encontre d'une doctrine qui soutiendrait, sans nécessairement nier l'existence du monde extérieur, que l'existence des autres est problématique, et que tous les autres moi n'ont pas plus de consistance que les personnages d'un rêve, qu'ils n'existent pas indépendamment de la représentation que j'en ai, ou du moins qu'il est impossible de démontrer le contraire.

Solipsisme

Du latin soins, «seul», et ipse, «soi- même». Le solipsisme soutient que le moi, avec ses sensations, ses sentiments, ses idées, constitue lu seule réalité existante.

Du latin solus, « seul », et de ipse, « moi-même », le solipsisme est le travers dans lequel sombre une philosophie idéaliste qui enferme le sujet en lui-même en rendant inconsistante l'existence d'un monde extérieur. Autrement dit, dans cette perspective, la seule réalité dont on peut être sûr serait notre propre conscience repliée sur son « dedans », sans qu'il soit possible d'affirmer avec certitude qu'autrui et un « dehors » en général existent hors de nous. Aucun philosophe n'a jamais développé une telle doctrine en la revendiquant, étant donné son caractère manifestement absurde. C'est donc le plus souvent en tant qu'argument critique que le terme est utilisé, de façon à mettre en question les limites d'un système ou d'une pensée trop centrée sur la subjectivité.

Solipsisme
Provient des mots latins « solus » (seul) et « ipse » (soi). Le solipsisme désigne une clôture du sujet pensant sur lui-même à l'exclusion de toute réalité extérieure dont il n'a aucune certitude de l'existence.