Retour à l'index du dictionnaire de philosophieTRAVAIL (lat. tripolium, instrument de torture )

Aristote considérait le travail comme une activité par nature asservissante, n'étant pas une fin en elle-même mais le moyen de la subsistance. Activité vile qui déforme l'âme et le corps, elle est réservée aux esclaves qui s'abîment dans ce qu'ils font. Le travail, en effet, implique une spécialisation déshumanisante, car l'homme n'est pas fait pour un métier comme un marteau est fait pour planter un clou. Si la main est le symbole de l'homme, c'est précisément qu'elle n'est pas un outil, mais un organe polyvalent. Ainsi, les activités nobles développent en l'homme simultanément toutes ses facultés, tandis que l'activité laborieuse détruit cette harmonie en instrumentalisant l'une d'elles. Nous dirions aujourd'hui que, asservi aux impératifs de l'efficacité, celui qui travaille perd sa vie à  la gagner : Aristote le définit simplement comme un « outil vivant » dont on pourrait bien se passer si les navettes pouvaient se déplacer toutes seules sur les métiers à  tisser. Comment le travail, que les Grecs tenaient pour indigne de l'homme, a-t-il pu devenir une valeur ? Si la Bible décrit le travail comme un châtiment divin, il est aussi le moyen d'un rachat pour l'humanité qui, par ses efforts, contribue au perfectionnement du monde. Il est alors moins un mal qu'un moindre mal. Dans l'éthique protestante, il devient même un devoir si bien qu'on a pu lier cette valorisation morale du travail à  l'essor du capitalisme. A partir du xix siècle, au moment même où l'Occident achève son industrialisation, le travail s'impose en philosophie comme une notion centrale, en particulier avec Hegel qui en saisit le caractère anthropogène. L'homme n'est homme que par le travail qui le rend maître de la nature, mais aussi de lui-même (en disciplinant son désir par ex.). Cependant, l'écart existant entre l'essence du travail, producteur de l'humanité , et les formes historiques du travail (aliénation et exploitation économique de la force de travail) sera dénoncé par Marx comme une dénaturation induite par le système capitaliste. Quant à  la glorification du travail, elle sera analysée par Nietzsche à  la fin du siècle, comme l'instrument le plus efficace, conçu par la morale chrétienne, de domestication des instincts vitaux.

Travail Activité par laquelle l'homme transforme la nature. Plus particulièrement, activité économique fondée sur l'échange des compétences et des ressources.

Division du travail Organisation du travail dans laquelle un objet (par exemple une voiture) n'est pas fabriqué par la même personne du début à la fin, mais par plusieurs ouvriers qui se cantonnent chacun à une tâche spécifique et parcellaire.

Travail Les langues européennes modernes et anciennes possèdent deux mots distincts pour désigner ce qu'aujourd'hui nous appelons «travail». Ainsi, par exemple, le latin distingue faborare, «travailler», et facere, «faire quelque chose de nouveau». L'allemand, de même, possède le verbe arbeiten et le verbe wirken; les mots labor et work... Dans tous les cas, le langage est explicite: il y a, d'un côté, le travail qui n'est qu'une pure contrainte et, de l'autre, le travail qui réalise les plus profondes aspirations de l'homme.