Retour à l'index du dictionnaire de philosophieUNIVERSEL, UNIVERSALITE (lat. universolis)


Gén. Soit qui s'applique à  tout l'univers (le déterminisme universel), soit qui s'étend en droit à  tous les hommes (le suffrage universel : droit pour tous de voter). loi, droit.
Log. Une proposition universelle est celle dont le prédicat ou attribut s'applique à  l'ensemble des individu composant l'extension du sujet. Par ex. : tous les hommes sont mortels. S'oppose à  particulier. La propriété qu'ont les jugements d'être universels ou particuliers s'appelle quantité.

Universalisme
Caractère intentionnellement universel accordé à une thèse : on parle ainsi de l'universalisme des droits de l'homme. Plus généralement, l'universalisme s'oppose au différentialisme, à la perspective selon laquelle les êtres humains, ainsi que leurs connaissances et leurs valeurs, sont irréductiblement relativisés par leurs appartenances à des contextes historiques ou culturels déterminés.

Universel Qui est valable pour tous les êtres humains.

On qualifie d'universel ce qui est valable pour toutes les choses, en tout temps et en tout lieu. L'universel se distingue ainsi à la fois du particulier qui ne s'applique que pour un ensemble restreint ou une catégorie spécifique, mais aussi, du singulier qui ne concerne qu'un individu. Par exemple, la proposition « tous les chevaux sont des mammifères » est universelle. A contrario, « certains chevaux sont noirs » a une valeur particulière et « Bucéphale était le cheval favori d'Alexandre » est un énoncé qui porte sur un individu seulement.
Aristote considérait qu'il n'y a de science que de l'universel, c'est-à-dire, de ce qui ne varie pas, ce qui ne concerne pas un seul individu et qui ne souffre pas d'exception. D'une certaine manière, les savants restent aujourd'hui tributaires de cette exigence dans le cadre de leurs travaux. En effet, chercher les lois qui régissent les phénomènes, en physique par exemple, c'est déterminer la nature des rapports universels dans lesquels ils sont impliqués. La gravitation constitue à ce titre un paradigme, un modèle, puisqu'on la qualifie précisément d'universelle : tous les corps s'attirent en raison inverse du carré de leur distance et proportionnellement à leur masse.
Dans une perspective éthique, on peut aussi chercher à poser des valeurs universelles comme dans le cas des droits de l'homme par exemple. On ne vise alors pas un individu ou un groupe particulier mais tout homme, au nom de sa dignité.