LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< PLATON: Tous au fond de la Caverne ! LES IDÉES CHEZ LOCKE >>
Partager

Sujet :

   En effet, toute croyance (...) doit être rationnelle car la pierre de touche décisive de la vérité est toujours la raison. Seule, cependant, est rationnelle la croyance qui ne se fonde point sur d'autres « data » que ceux qui sont comme tels compris dans la seule raison. Ainsi est « croyance » l'assentiment subjectivement satisfaisant, mais objectivement lié à la conscience de son insuffisance : la croyance est par conséquent opposée au savoir. Si, d'autre part, l'on tient quelque chose pour vrai en fonction de raisons objectives, mais avec la conscience de leur insuffisance, il ne s'agit que d'opinion, bien qu'en se complétant graduellement de raisons de même nature, cette opinion puisse finalement devenir un savoir. Mais, par contre, si d'après leur nature même les raisons de l'assentiment n'ont pas de valeur objective, la croyance ne pourra jamais être convertie en un savoir par quelque usage de la raison. La croyance historique à la mort d'un grand homme, par exemple, peut devenir un savoir, si l'autorité locale nous en informe ainsi que des funérailles, du testament, etc. Il s'ensuit qu'un objet historique peut être tenu pour vrai simplement en fonction de témoignages, c'est-à-dire : peut être objet de croyance. Ainsi par exemple : il existe une ville « Rome » dans le monde et celui qui n'y est jamais allé peut dire « je sais » et non pas seulement « je crois » qu'il existe une « Rome » ; ces deux choses sont en effet parfaitement compatibles. Au contraire, la pure croyance rationnelle ne peut jamais, par toutes les données de la raison et de l'expérience, être transformée en un savoir, puisqu'en celle-ci le principe de l'assentiment est purement subjectif. C'est, en effet, le besoin nécessaire de la raison - et ce besoin durera aussi longtemps que nous autres hommes - de supposer tout simplement et non de démontrer l'existence d'un être suprême. Par rapport à l'usage théorique qui lui donne satisfaction, le besoin de la raison pourrait être dit une « hypothèse rationnelle ». KANT, Emmanuel, Qu'est-ce que s'orienter dans la pensée?

Corrigé non disponible

Le corrigé du sujet "" a obtenu la note de :
aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit